Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Pourquoi un Mouvement de Résistance ?

2 Août 2010 , Rédigé par momo Publié dans #H2S

 

Pourquoi un Mouvement de Résistance ?

 

Depuis l’apparition du Mouvement en 1988, il nous a souvent été répondu : « Je ne m’épile pas et je n’ai pas besoin de prendre ma carte au Mouvement pour ça ! »

 

On aimerait bien à PàG, que ces filles-là nous recontactent pour nous redire ça... AUJOURD’HUI.

Qu’on me coupe le bras si seulement 5 % de celles qui m’ont dit ça sont toujours non-épilées AUJOURD’HUI.

 

Car c’est un fait, on ne peut pas faire de la Résistance SEULE longtemps. La pression sociale est trop forte, vous finirez par capituler.

 

La pression sociale, c’est quoi ?

Principalement, c’est les autres… celles qui sont aujourd’hui des collabos, et c’est le mot qui convient pour celles qui s’en prennent, attaquent, stipendient, par devant et surtout par derrière (attitude favorite du collabo), celles qui font de la Résistance.

Des mecs peuvent s’y mettre aussi, mais c’est surtout par machisme car c’est un bon moyen pour ces fumiers d’humilier une femme. En fait, qu’il y ait du poil ou pas, la plupart des mecs s’en foutent. Du moment qu’il y a un trou pour se purger le baigneur… 90 % des mecs, c’est rien d’autre. Les autres ont leur carte à PàG… ou vont bientôt la prendre.

 

Les pires collabos sont celles qui le sont depuis peu. D’anciennes résistantes, ou du moins de fausses résistantes. Celles qui ont cru qu’on pouvait faire de la Résistance sans le Mouvement.

 

Enfin, point TRES IMPORTANT, faire de la Résistance ne se résume point à ne pas s’épiler. Si on les cache, ce n’est pas de la Résistance… c’est de la clandestinité. Et si la Résistance peut exister dans la clandestinité, il n’existe pas un seul mouvement de résistance qui ait triomphé en y restant.

De la Résistance à la Victoire, il peut y avoir une phase, partielle ou totale de clandestinité, cela peut commencer dans la clandestinité (ce fut le cas dans une certaine mesure entre 1988 et 2002), mais cela passe ensuite par l’Insurrection indispensable à la Victoire.

 

Dans le cas de figure qui nous concerne, l’Insurrection, ce sera lorsque nous serons capables d’organiser une manifestation publique dans la rue. Et on en est loin, TRES LOIN. Et si vous ne commencez pas par prendre votre carte, on en restera TOUJOURS très loin.

La phase partielle ou totale de clandestinité, c’est, par exemple, de les cacher au bureau… mais de les montrer sur le trajet de transport domicile-travail.

Hors, on ne voit même pas cela !

 

Quelqu’un qui les cache honteusement n’est pas une résistante.

 

La Résistance est un acte politique, il s’exprime par des actes… dits de résistances, et se doit pour être efficace, pour être récupérer (au bon sens du terme), pour ne pas tomber dans les oubliettes de l’Histoire, pour ne pas n’être qu’un coup d’épée dans l’eau ; d’être canalisé dans le cadre d’un « discours » justificatif et revendicatif que SEUL un Mouvement peut offrir par les différents canaux, instruments, outils à sa disposition.

Tous les terroristes, car tous les résistants sont considérés comme tels par leurs adversaires, le savent. Il y a une branche armée qui commet les attentats (ici, un fille, seule ou en groupe, qui montre ses poils), et une branche politique qui revendique et justifie l’attentat auprès des médias.

C’est caricatural, mais en gros, c’est comme ça que ça se passe. Et on en est loin, TRES LOIN, à cause de la lâcheté généralisée que nous connaissons hélas trop, que trop. Notamment chez les jeunes, et c’est bien triste de voir une jeunesse si soumise au cloutage, tatouage, clonage téléphonique portable, vêtements de marque et bien sur pour les filles, épilation. On retrouve cette soumission de la jeunesse partout, et notamment dans le monde du travail avec une baisse du syndicalisme et une arrogance grandissante des patrons. Soumission aussi au racisme anti-français et à l’obligation du métissage. Soumission au mariage patriarcal dont le retour en force bénéficie d’une immigration dont les membres n’ont pas connu mai 68, dont les valeurs en sont aux antipodes. Soumission à l’obligation de maternité pour les filles, et ce, alors que notre planète crève de la Surpopulation.

Hors, une Révolution ne se fait pas sans la jeunesse. Qui peut le plus, peut le moins ; si vous n’êtes même pas capable de cette Insurrection limitée, inutile de dire que la Révolution, ce n’est même pas la peine d’y penser.

Inutile de dire que même les avantages acquis, il y a peu encore considérés comme définitif... sont remis en cause comme le droit à l’avortement pour le plus visible et des tas d’autres, d’une manière beaucoup plus perfide, comme le constate chaque jour les Ni Putes Ni Soumises, sans pour autant être vraiment capable d’en comprendre la mécanique, n’étant pas issues pour la plupart de parents qui ont connu et encore moins fait mai 68.

 

Un exemple hyper-révélateur : le seul happening fait sur le sujet l’a été récemment par… un petit vieux de l’époque 68 : http://poilagratter.over-blog.net/article-happening-47191080.html, http://poilagratter.over-blog.net/article-reponses-a-notre-collectif-de-sympathisants-47314100.html.

Cet exemple navrant de la lâcheté, de l’incapacité de la jeunesse à se mobiliser est, ne nous le cachons pas, notre pire ennemi et depuis la fin de l’été 2008 est à l’origine d’un nouveau discours dans le Mouvement : le discours « tas de cons(nnes) »*

 

* Le discours « tas de cons ! » ne s’adresse évidemment qu’aux anciens (depuis 2007) qui viennent ici et ne font rien, n’ont jamais rien fait pour cette Cause. Il ne concernera évidemment les nouveaux que s’ils sont aussi cons(nnes) que ces anciens. Le discours « tas de cons » est apparu à la fin de l’été 2008 en constatant que la masse était devenue complètement bovine. Au printemps 2009, la campagne « Oise » nous a montré que la connerie était encore pire que ce que l’on aurait pu imaginer.  Ce qui était le rêve du Système dans les années 70 vient, hélas, de devenir une réalité quasi presque complète. Seuls de rares résistants…  Qui a vu « Invasion extra-terrestre » de John Carpenter ?

 

 

Le « Je ne m’épile pas et je n’ai pas besoin de prendre ma carte au Mouvement pour ça ! » EST une forme de cette connerie.

Il suffit de regarder autour de soi pour voir que la Résistance ne progresse pas avec ces traîtresses. Au contraire, elle régresse. Le mot de traîtresses est donc justifié. Surtout quand on sait qu’en public, elles les cachent honteusement. Drôle de résistance que d’avoir honte d’en faire partie !

 

De même que l’on ne sauvera pas la planète de la Surpopulation avec le Développement Durable, en triant ses poubelles ou en bouffant locavore ; on ne s’opposera pas au Diktat épilatoire avec des mouvements qui acceptent des interviews « dîner de cons » pour masquer leur absence de militants(es)... et de militantisme pour cette même raison ; ou, à l’opposé, des initiatives individuelles (s’il y en a, et on n’en a pas vu beaucoup qui plus est, c’est le moins que l’on puisse dire) dont personne n’entendra jamais parler ou presque et qui ne dureront qu’une saison ou 2... et souvent bien moins.

 

Ne parlons même pas de ceux qui veulent récupérer notre discours pour faire du fric (fabrique de tee-shirt par exemple) et qui, outre une sincérité et une fidélité à la Cause plus que discutable, se sont lamentablement plantés faute de maîtriser un discours sur un tabou sexuel que seul un Mouvement politique peut tenir.

Alors a fortiori des individus isolés les uns des autres.

 

Autrement dit, qu’une truffe prétende faire de la résistance seule dans son coin, est une pure tartufferie.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article