Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Livres de l’été : les livres « Poil » (39)

13 Août 2012 , Rédigé par momo Publié dans #Rubrique

Livres de l’été : les livres « Poil » (39)

 

L’un à lire, l’autre pour se torcher le cul (ce qui fait quand même cher du PQ)

 

Celui à lire :

 

Jean da Silva « Du velu au lisse » Editions Complexe 2009

Cite une fois mes anciens partenaires (pour la partie MP1PM du reste qui était la mienne et que mes anciens partenaires ont effacé depuis) et établi une historicité dans l’évolution de l’épilation (naturiste (années 70-80) puis orientale (90-00)) ; ce spécialiste du cinéma (son étude est essentiellement cinématographique), donne de nombreuses dates, noms, films et montre l’évolution du porno en la matière «… l’épilation pornographique participe pleinement de la culture de la sexualité moins parce qu’elle est aujourd’hui visuellement très présente dans l’espace publique que parce qu’elle fait partie de l’imaginaire sexuel collectif. Loin d’induire un nouveau rapport à soi-même, comme cela est souvent dit de la pornographie, ou d’inciter à devenir un adepte du lisse comme cela est souvent répété, l’épilation pornographique n’en est pas moins une condition, aujourd’hui dominante… » p.127, 128

Da Silva nie manifestement que le X eusse précédé, initié à l’intégrale et même à l’épilation des aisselles mais admet l’ « accompagnement » du X actuel dans l’imposition du normatif épilatoire. Ce que l’on ne nie d’ailleurs pas non plus. Ainsi, da Silva me confirme dans ma théorie :

1.      L’intégrale apparaît d’abord chez les naturistes, mais ce n’est pas de là que cela s’est répandu ensuite dans la société.

2.      L’intégrale vient ensuite du Moyen-Orient et du Maghreb (via l’immigration) et se répand dans la société par le phénomène sociologique maintenant bien connu de l’intégration à l’envers (c’est nos jeunes qui s’intègrent à la culture des immigrés et non pas ces derniers à la nôtre)

3.      Le X n’a aucune responsabilité dans le fait que l’épilation se soit répandue dans la société. Tout au plus accompagne-t-il cette dernière récemment depuis son établissement comme norme dominante.

 

Un reproche cependant (nul n’est parfait), Da Silva connaît l’existence de la fausse résistance, mais ne cherche pas à savoir quelles sont leurs motivations et pourquoi ils répandent de telles âneries.  Peur de ces terroristes ? 

 

 

 

Celui pour se torcher le cul :

 

Stéphane Rose, pseudo-journaliste co-inventeur de cette merde que sont les Gérards de la télé, dans son sous-livre : « Défense du Poil », La Musardine 2010, cite abondamment mes anciens partenaires, m’ignore et reprend en l’amplifiant l’escroquerie sur la soi-disant responsabilité du X :

Dès la page 19 : Titre du chapitre 1 (ça commence mal) : « Comment la pornographie contemporaine a imposé les sexes glabres ». Pas une question, une affirmation !

Pour le reste, ce n’est que du copié-collé à peine reformaté à sa sauce de ce qui est écrit sur le site de mes anciens partenaires et sur mon Blog.

C’est d’autant plus lamentable que la Musardine est une librairie spécialisée dans la BD X, est qu’il est pourtant donc bien placé (et la Musardine aussi d’ailleurs) pour connaître la vérité sur le rôle du X.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_pubiennes

« Jusqu’à ce que l’extension des pratiques épilatoires permit un renouvellement du genre »

 

Cet intéressant article de Wikipédia sur les « guerres pubiennes » que j’ai commenté (http://poilagratter.over-blog.net/article-les-guerres-pubiennes-1-105588265.html, http://poilagratter.over-blog.net/article-les-guerres-pubiennes-2-107190818.html), reconnaît aussi que les revues X « grand public » furent elles-aussi suivistes en la matière, y compris les américaines.

 

Qu’est-ce qu’il faut dire de plus bordel ? Si vous ne savez pas maintenant reconnaître la Vraie Résistance de la fausse, c’est que vous êtes vraiment des cons.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article