Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Le film à voir absolument (4)… sur la torture

10 Janvier 2011 , Rédigé par momo Publié dans #Sociétal

Le film à voir absolument (4)… sur la torture.

 

no limit 1

 no limit 2

No Limit

 

Ce film n’est à ma connaissance, jamais sorti en salle. On a là un exemple particulièrement remarquable de l’interprétation « à la con » des Droits de l’Homme par les juristes maçons « à la noix » français. Vu nos Lois, ce film aurait pu être poursuivi pour… apologie de crime contre l’humanité. Pas moins !

C’est aussi une des raisons pour laquelle les têtes de nœud de l’intelligentsia de Gôche de Libé (vous savez ; ceux qui savent tout mieux que personne et se permettent de VOUS dire ce que VOUS devez penser) n’en ont pas non plus parlé.

En effet, la démonstration du réalisateur, remarquablement interprété par l’immense talent de Samuel T. Jackson, est imparable : en gros, doit-on sacrifier la vie de dizaines d’innocents (d’un attentat standard augmenté à la centaine de milliers voir de millions en remplaçant le C4 par du plutonium pour faire passer plus facilement le message) pour respecter les Droits de l’Homme… d’un seul ?

 

TOUT le film, c’est ce débat ; et la réponse est, elle-aussi, imparable.

 

La morale de cette histoire, est qu’il y a des Etats qui possèdent en eux, l’aptitude à puiser des ressources qui les sauveront. C’est le cas des USA. Et il y en a d’autres, gangrénés par une lâcheté que l’on connaît bien sur ce Blog, c’est évidemment et malheureusement le cas de la France, qui n’y arriveront pas. Outre la lâcheté et l’hypocrisie des vendus, traîtres et collabos de la presse de Gôche des intellos fascistes rouges, roses et verts, pas un cinéaste français n’aurait seulement pensé oser faire un film de ce type. D’autant plus lamentable, que rétrospectivement, la France n’aurait pas gagné la bataille d’Alger en 1956 sans.

Même JMLP qui s’en vantait et le justifiait, le niât farouchement (aujourd’hui encore) depuis la percée de 1983.

 

  Samuel T. Jackson se pose là, en opposant formel à la manière de faire (qu’on l’appelle chirurgicale, humaine, respectueuse des Droits de l’Homme, etc…) la guerre de Barack Obama. Une manière de faire qui ne peut qu’aboutir à la défaite. Une justification de Guantanamo que Barack Obama veut fermer.

 

L’assourdissant silence des critiques de Gôche est plus qu’un aveu.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article