Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Les « no-sex » (1)

7 Septembre 2011 , Rédigé par momo Publié dans #SEXPOL

Les « no-sex » (1)

 

Après le renouveau de la fidélité apparu il y a 10 ans (et d’ailleurs à l’origine de notre Mouvement destiné au contraire à promouvoir un retour de la Révolution Sexuelle qui s’est terminée au milieu des années 90 (au même moment ou l’épilation devient culture de masse (ce qui n’est pas un hasard))), on va plus loin encore dans la connerie avec… l’abstinence.

 

Lu sur internet, la presse, etc…. :

 

·        Certaines sont lassées de la pornographie.

·        Marre d’être secouée par un prunier.

·        J’ai plus envie.

·        La recherche du partenaire idéal générée par la société, et forcément introuvable, conduit à l’inévitable déception puis à la l’abandon pur et simple.

·        Pas le temps !

·        A l’inverse du § 1, la pornographie (pour les hommes seulement) conduit à préférer les relations virtuelles, exclusivement masturbatoires ; et même la détestation et le rejet d’une relation réelle.

·        La pratique dé-érotisante de l’épilation (lu chez PàG).

 

On pourrait (et on ira dans les articles suivants sur le sujet) aller plus loin dans les causes.

On ne parlera pas des sectes, religions et autres conneries qui ont toujours existées, car avec les no-sex on aborde une problématique toute actuelle et des plus récentes.

On ne parlera pas non plus des « asexués » qui représentent de 1 à 10 % de la population selon les pays… et font aussi souvent partie, évidemment, de la catégorie précédente (religions, sectes).

 

On notera cependant que les « no-sex » sont surtout des filles (attention aux fausses no-sex qui sont en réalité des lesbiennes refoulées, de même que les « cas » de filles haïssant les hommes (violées) pour des raisons qui n’ont rien à voir avec notre sujet… quoique*). Pourquoi ?

 

Le § 2 est des plus évocateurs et aborde une question qu’on a souvent abordée dans ce Blog sans que cela provoque la moindre réaction du tas de cons. Et c’est normal vu que vous n’êtes que des branleurs. Ça vous concerne pourtant. C’est une conséquence des § 1 & 6 qui ne sont qu’apparemment contradictoires. Dans les films de cul, on ne baise pas, on tronche ! Et quand ça vous arrive, tas de cons, c’est ce que vous faites. Les mecs d’aujourd’hui ne savent plus baiser. Comment s’étonner des réflexions féminines des § 2 & 3 ?* Ces mecs sont même tellement brutaux que l’on se rapproche parfois du viol.

 

Le § 5 est relative a ce qui fut initialement une libération, que la femme travaille, et qui est devenu au fil du temps un esclavage supplémentaire. Une relation amoureuse exige, en effet, du temps, parce qu’elle est prenante et conduit à sacrifier d’autres choses. Le travail (l’esclavage) d’aujourd’hui ne laisse plus le temps qu’à de brefs ruts brutaux et sans lendemains qui correspondent plus à des besoins (comme bouffer ou chier) qu’à une envie.

 

Les § 4 & dernier vont évidemment de pair et on a plus que largement écrit là-dessus. Là-aussi, cela peut paraître contradictoire ; l’épilation, le maquillage, la chirurgie esthétique, la nippe, etc… visent théoriquement à la conquête du partenaire idéal. Mais l’idéalisation du partenaire à rechercher conduit au renoncement de cette quête impossible.

En outre, les filles qui se soumettent aux obligations imposées par le Système pour cela, deviennent lisses, inintéressantes, conventionnelles, chiantes, superficielles, éthérées bourgeoises et puantes et lorsqu’elles le trouvent, cet idéal, ce dernier s’en détourne évidemment. A juste titre ! Bien fait pour elles ! Ce qui donne évidemment des déçues et de futures no-sex.

 

On reviendra là-dessus. En attendant, on attends vos réactions, et rappelons ce que tous les sexologues disent et rappellent : le sexe, c’est bon pour la santé.

 

Et pour finir, la BD à lire :

 

9782205056792-couv-I400x523

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article