Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Réponses aux raëliens (4)

21 Septembre 2009 , Rédigé par momo Publié dans #Sociétal

 

L’incroyable bêtise de la masse (24 quinter/2-4) : l’arnaque des OVNI :

L’incroyable bêtise de la masse (24 bis/4-4) : les pigeons des sectes (7) :

Réponses aux raëliens (4) :

 

Suite des N° précédents : http://poilagratter.over-blog.net/article-35437069.html

http://poilagratter.over-blog.net/article-35831617.html

http://poilagratter.over-blog.net/article-36111280.html

 

Et vous en trouverez beaucoup d’autres sur Internet, voici 2 témoignages d’anciens raëliens, et non des moindres.

 

 

 

 Raël : Témoignages d'ex-raéliens

Une journaliste espagnole raconte son immersion dans

un séminaire sensuel des raéliens

«Il me disait : «Tu es belle, je t'aime»

Le Matin - 19 septembre 2005

BARCELONE. Pour 600 euros, les participants ont suivi des cours sur l'arrivée des extraterrestres, et passé des soirées à se tripoter, les filles déguisées en garçons et les garçons en filles

 

Raël défend le clonage humain et encourage une sexualité débridée

 

«A l'inscription, tu choisis un bracelet: vert si tu es ouvert à toutes les expériences sexuelles, rouge si tu es disponible, mais en quête de partenaires stables.» Une journaliste espagnole de Mundo TV a raconté à l'AFP son reportage initiatique dans la secte des raéliens.

Spécialiste des reportages en caméra cachée, May -qui a demandé que son vrai nom ne soit pas publié - s'est immiscée au premier «séminaire sensuel» organisé en Espagne par le gourou français Claude Vorilhon, alias Rael, début août, dans un hôtel de bord de mer près de Barcelone.

Le reportage, diffusé jeudi soir par la chaîne Antena 3, suit la vie des 500 participants, -adeptes ou curieux ayant appris l'existence du séminaire sur Internet. Parmi eux, une poignée d'Espagnols, de nombreux Français, Italiens et Allemands. Le prix de l'inscription au séminaire était de 600 euros, la moitié si l'on acceptait de partager sa chambre.

On y voit Raël professer sa doctrine, dont est en partie inspiré le dernier ouvrage du polémique écrivain français Michel Houellebecq, «La possibilité d'une île». Le gourou affirme que l'homme a été créé en labora- toire par les extraterrestres, dont il serait le dernier prophète. Raël défend le clonage humain et encourage une sexualité débridée.

II est entouré de ses «anges», «un harem de 30 à 40 très belles jeunes femmes, qui se sont engagées par écrit à ne jamais rejeter ses avances et à le protéger, au prix de leur vie si besoin, contre toute agression», assure May.

L'état-major du mouvement anime également les cours : le psychologue Daniel Chabot, et l'«évêque» Brigitte Boisselier, une scientifique française dont la société Clonaid avait annoncé à grand renfort de publicité, mais sans fournir de preuve, avoir réussi le premier clonage humain.

Outre la joie de vivre et l'attente extatique des petits hommes verts, on y inculque le sens plus terre à terre du denier du culte. «Raël promet que le retour sur Terre des extraterrestres est imminent, mais affirme qu'ils ne viendront pas tant qu'il n'aura pas construit leur future ambassade à Jérusalem», raconte la journaliste.

On ignore s'il compte édifier sa céleste chancellerie près du mur des Lamentations ou de l'esplanade des Mosquées. Mais le gourou «explique qu'elle va coûter 50 millions d'euros et qu'il n'en a encore réuni que 10».

Le gourou affirme que l'homme a été créé en laboratoire par les extraterrestres, dont il serait le dernier prophète.

«La journée on te pousse à caresser les autres, le soir à faire l'amour. Beaucoup sont séduits»

Après les cours, viennent les soirées animées : colin-maillard où tout le monde se tripote les yeux bandés, filles déguisées en garçons et garçons en filles, shows érotiques sur piste de danse.

May n'a pas approfondi les expériences sexuelles nocturnes, qui selon elle se poursuivaient dans les chambres. «La journée on te pousse à caresser les autres, le soir à faire l'amour. Beaucoup sont séduits. Le plus bizarre, c'est que presque tous croient vraiment à ces histoires d'extraterrestres», commente la journaliste.

 

GOUROU Le Français Claude Vorilhon, alias Raël, peut compter sur l'appui de nymphettes

pour assurer la promotion de son mouvement.

May a poussé le jeu jusqu'au baptême raélien, les mains apposées du gourou sur son front et sa nuque, pendant qu'un ovni est censé capter son ADN.

«Il me disait «Tu es belle, je t'aime.» J'ai esquivé ses avances. Il m'a quand même nommée représentante des raéliens en Espagne, disant qu'il avait de grands projets dans ce pays», ajoute la journaliste.

Quoi que dans le collimateur de l'Eglise catholique, les sectes ne sont visées par aucune loi spécifique en Espagne. Elles n'y ont fait l'objet que de rares poursuites pour des atteintes l'intégrité physique, comme la pédophilie ou le trafic de drogue. - (afp-LeMatin)

Canada : Mes 19 ans chez les raéliens

La semaine, août 2006 par Jean-Pierre Quirion

[Texte intégral]

Roland Dussault, ancien député du Parti québécois, a fait partie du Mouvement raélien pendant 19 ans. Il a déposé récemment une requête visant à obtenir le remboursement de ses dons au groupe religieux, arguant qu'un mensonge de Claude Vorilhon, cet homme qui se fait appeler Raël, a conduit à son adhésion au groupe.

- Monsieur Dussault, parlez-nous de votre carrière politique.

- J'ai une formation d'enseignant, et j'ai été député du Parti québécois de 1976 à 1985. J'y ai occupé les fonctions de président de commissions parlementaires, de whip adjoint et d'adjoint parlementaire au ministre de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme. J'ai quitté la politique en novembre 1985 et je suis ensuite revenu à l’enseignement, mais j'ai vite pris ma retraite. Contrairement à ce qui a été rapporté dans certains médias, je ne suis pas avocat.

- Comment êtes-vous devenu Raëiien ?

- J'ai évidemment déjà été catholique. A l'âge de 21 ans, j'ai cessé de pratiquer parce qu'il m'apparaissait que cette religion brimait la liberté des sens. Quand j'ai lu les «révélations» de Claude Vorilhon j'y ai trouve quelque chose qui était plus proche de mes intérêts. Je m'étais toujours intéressé à la question des extraterrestres et j'ai lu beaucoup de livres sur le sujet. Après avoir lu ceux de Vorilhon. je suis allé à un stage d'été chez les Raéliens, en espérant en apprendre davantage, et j'ai joint le Mouvement. C'était en 1986.

- Vous avez progressé rapidement dans ce mouvement ? Habituellement, chez les Raëliens, on commence dans la structure de fonctionnement comme aide- animateur, une espèce de niveau 0, et ensuite., on passe au niveau 1.

- Ça prend généralement un certain temps avant de passer d'un niveau à un autre. Je soupçonne que c'était en raison de mon statut d'ex-député, mais dès le moment où j'ai mis les pieds chez les Raéliens pour effectuer un stage, on m'a offert de passer au niveau 2. puis j'ai atteint le niveau 3 l'année suivante.

- Quel était votre rôle ?

Comme j'ai pris ma retraite en 1987, j'avais beaucoup de temps pour moi. J'étais forcément intéressant pour le Mouvement raélien. À un moment donné, le Mouvement s'est installé à Maricourt, à côté de Valcourt. Certains membres y avaient acheté un terrain de camping (rebaptisé depuis «Les Jardins du Prophète»), et le conseil municipal avait tenu un débat peu flatteur pour l'ego de Vorilhon. A ce moment, j'allais visiblement être nommé guide - on me disait que c'était mon tour -, et il s'est passé ce qui se passe tout le temps: Raël rencontre le membre en coulisses et s'assure que celui-ci accepte bien d'être nommé guide, parce qu'un refus serait assez mauvais pour l'ambiance...

- Que vous a-t-îl di t?

Il m'a demandé si j'aspirais à devenir guide. Et, sachant que j'étais familier avec la politique, il m'a demandé de monter une cabale contre l'administration municipale de Maricourt afin de battre les élus en place pour en faire élire d'antres. Pour moi, la politique, c'est parfois une affaire de magouille, mais ça doit rester propre. Je n'avais pas vraiment le goût de m'embarquer dans une telle histoire, alors je lui ai dit : «Ça va à l'encontre de ma conscience.» Il a accepté mes réserves, mais quand je suis parti. Quelqu’un l'a entendu dire. «Je savais que je ne pouvais pas lui faire confiance »

- Vous avez donc rapidement perdu vos galons dans le Mouvement...

Il a fallu que j'accomplisse beaucoup de mandats pour qu'on me fasse confiance à nouveau. Quelques années plus tard, j'étais toujours en com­munication directe avec des guides de niveau 5. le niveau en dessous de Claude Vurilhon. J'assistais parfois à des réunions de niveau 5, alors je voyais comment ces guides opéraient. À la fin, j'écrivais à des autorités de certains pays. et ce que je vais vous dire, aucun journaliste n'en a entendu parler. Je préparais des lettres à destination de l'État cubain ou de l'État vénézuélien dans lesquelles je leur proposais des associations avec Clonaid, histoire de permettre la création d'un laboratoire dans le but de faire du développement. Aucun des pays concernés n’a répondu ce qui démontre qu'ils ne prenaient pas la chose au sérieux. Ce qui était dérangeant, c’est que le « prophète » estimait que la façon d’arriver à ses fins était de flatter le dirigeant d’un pays. Il y avait une espèce de flagornerie du genre « vous avez déclaré ceci récemment et je suis parfaitement d’accord avec vous » A un moment donné c’était trop. "

- Vous avez été dans ce mouvement pendant 19 ans. Quand le doute a t-il commencé à germer dans votre esprit ?

J'ai toujours eu un esprit critique même si avoir l’esprit critique est très mal vu dans le Mouvement raélien. J'ai toujours trouvé que les déclarations de Vorilhon avaient un côté farfelu, et moi, ça m'agaçait profondément. Le personnage est prêt à dire n'importe quoi pour avoir l'air intéressant

- Quels sont les autres aspects qui vous ont dérangé ?

- Par exemple, quand il a mis sur pied l'Ordre des anges. Toutes les femmes pouvaient s'y inscrire afin que Vorilhon puisse se constituer une sorte de harem. J'ai vu des femmes s'inscrire qui n'étaient pas au goût de Raël, alors l'Ordre ne lui plaisait plus autant. II a dû créer un nouvel ordre, les Cordons dorés. Ces femmes s'engagent par écrit à ne pas dire non à Raël quand le «prophète» leur demandera de l'accompagner; dans son lit. La personne consent peut-être, mais on peut douter de son libre arbitre quand elle consent à quelque chose de la sorte. Toute cette histoire a agacé beaucoup de gens à l'époque. Mais quand on est membre du Mouvement raëlien, on pardonne tout. Et on est tellement occupé ...

- Que voulez-vous dire ?

- On dit à la farce qu'un Raëlien, c'est quelqu'un qui travaille le jour pour gagner sa vie, et qui travaille le soir pour gagner celle du «prophète». Par exemple, j'avais une copine dans le Mouvement qui est couturière; Le jour, elle gagnait sa vie, et le soir, elle confectionnait les vêtements de Sophie, la femme de Raël. Une autre travaillait le jour et faisait du ménage le soir dans le condo de Raël. Cet. homme a mis une très grande quantité de gens à son service. Pendant un stage d'été, il y a plus de gens au service de Raël qu'il n'y en a occupés à faire fonctionner le stage pour les participants. Beaucoup plus. Tout ça est organisé au profit du personnage.

- Faut-Il vraiment verser 10% de son salaire à Raël ?

- C'est plus subtil que cela. Le seul règlement, le seul commandement (qu'on, trouve dans le second livre de Raël) à ce sujet stipule qu'on doit donner 1% de ses revenus au «prophète» par le biais d'une fondation, pour assurer sa subsistance. Ce qui est dit dans l’église ensuite c’est qu’on doit verser 10% de notre salaire net au mouvement, 7% sur le plan international et 3% sur le plan national. Dans le mouvement on fait signer beaucoup de papiers aux membres, les engageant sur l’honneur à respecter cette règle. Mais très peu de gens la respectent à la lettre.

Il y a des gens qui versent très peu. Moi, à la fin, je ne donnais que le strict minimum. Il y a toutefois un écart important entre les dons: un guide de la région montréalaise donne chaque année 10 000 $, alors qu'en Asie, une dame verse l'équivalent de 25'000 $ par année.

- Quand avez-vous quitté du Mouvement raëlien ?

- Au mois de mars 2005. Quand on dit «quitter», il faut faire des nuances. Quand j'ai commencé à avoir de sérieux doutes sur le affirmations de Vorilhon sur le clonage, j'ai annoncé à plusieurs membres autour de moi: «Si jamais il ment à ce sujet je vais faire toute une crise» Quand j’ai eu la certitude qu’il nous avait monté un beau bateau avec cette histoire, j’ai quitté la structure. A ceux qui m’ont demandé pourquoi, j’ai expliqué que le « prophète ne représentait plus un personnage exemplaire pour moi, sans rien ajouter. Par la suite, j'ai été officiellement excommunié. Par la suite il y a eu de démissions dans la foulée de cette affaire de clonage.

- Vous n'avez pas été le seul Raëlien à vous montrer sceptique dans cette affaire.

- Non. Brigitte Boisselier, qui est en charge du projet de clonage, avait affirmé qu'un bébé clone était prévu pour février-mars 2003. Elle avait finalement annoncé la naissance du premier bébé «Eve», en déclarant qu'il était né le 26 décembre 2002.

C’est un peu étrange comme erreur d’autant que personne n’a vu de aélienne enceinte parmi celles qui devaient être mères porteuses.Et croyez-moi une raélienne enceinte ça se remarque puisque Vorilhon décourage les raéliens d’avoir des enfants. Autour de cette histoire est né un grand malaise dans le mouvement. Mais moi, ce qui me dérange le plus c’est que Raël se dissocie du clonage.

- Que voulez-vous dire ?

-Les Raëliens, en Floride, ont vu qu'il se mêlait des affaires de Clonaid. Quand il affirme que la seule action qu'il a menée dans toute cette histoire, c'est d'avoir ouvert une boîte postale aux Bahamas, c'est une fausseté. C'est incroyable de rire du monde comme ça! Et pas seulement du monde en général, mais de ses propres membres!. C'est un homme qui est incapable de se dissocier de la moindre décision prise dans le Mouvement pour l'ensemble de la planète, et subitement, il laisserait Brigitte Boisselier faire ce qu'elle voudrait avec Clonaid ? Allons donc !

- Est- ce qu'il y a un courant plus critique chez les Raéliens ou est-ce que vous êtes une exception?

- Relativement aux démissions, trois très anciens Raëliens ayant plus de 20 ans d'ancienneté m'avaient précédé de peu dont une qui avait le statut de guide. Quand j’ai démissionné six personnes sont parties en même temps que moi. Dans les semaines qui ont suivi, cinq autres ont suivi.

- On voit moins Claude Vorilhon au Québec depuis l'histoire de Tout le monde en parle ...

- Oui. Il y a eu une histoire légale avec le quotidien Le Droit, et Vorilhon a affirmé que sa nouvelle adresse était en Suisse. D'après moi, il est là-bas, dans le vignoble dont lui a fait cadeau un membre et qui s’appelle « la vigne du prophète ». Depuis très longtemps, il vit eu se promenant dans le monde et en vivant chez des disciples. Je connais une Raëlienne de Floride qui recevait Raël cinq mois par année. Le temps qu'il était chez elle, elle ne pouvait rien faire d'autre qu'être à son service. Elle a démissionné récemment. C'est la première qui a senti qu'il y avait anguille sous roche dans l'affaire du clonage. Elle était bien placée pour le savoir puisqu'elle a constaté de visu ses contradictions. Les premiers clients de Clonaid n'ont pas rencontré Brigitte Boisselier, ils ont rencontré Claude Vorilhon.

- Vous, qu'avez-vous pensé de son passage à l’émission de Guy A. Lepage ?

- Quand Serge Chapleau a mis la main sur la toque de Raël et que ce dernier s'est tourné pour lui mettre la main dans les cheveux, il lui a dit: «Si vous me touchez, je vous touche.» Ça, c'est la loi du talion: œil pour œil, dent pour dent. Ce n'est pas la philosophie raélienne. La perception que Vorilhon a laissée de lui lors de son passage à cette émission était tellement éloignée de l'image de «prophète» qu'il veut se donner, de quelqu'un qui mérite d'être appelé «Sa Sainteté», qu'il a fait circuler une information auprès des membres du Mouvement raëlien pour leur dire: «N'écoutez pas cela, ça n'en vaut pas la peine.» Très peu de Raëliens ont écouté l'émission. Si leur prophète leur ordonne de ne pas l'écouter, ils ne l'écouteront pas. Moi, si on me dit de ne pas écouter telle chose, je me dirais tout de suite que c'est parce que c'est intéressant. Quand on est Raëlien depuis longtemps, une sorte d'aliénation s'installe, et ça rend le sens critique moins présent. Le personnage se targue d'être en méditation permanente. À cette émission, on a pu voir que c'est faux. En fait, il ne médite jamais. Moi, j'avais déjà commencé sérieusement à douter de l'exemplarité de Vorilhon.

- Avez-vous un exemple précis ?

- Pendant le stage à Maricourt, Raël se promène entre sa résidence et le terrain de pétanque (où il joue avec des gens qu'il peut battre), dans son 4x4. Il empoussière ainsi tous les gens au milieu desquels il circule, sans le moindre égard. Et là, les disciples sont dans un nuage de poussière et se disent :«C'est le prophète!» Est-ce le Comportement de quelqu'un qu'on devrait appeler «Sa Sainteté» ? Et que penser de ses propos contradictoires, récemment au sujet de la pollution ? Il la dénonce, suggère même des solutions, mais il continue de rouler avec son 4x4.

- Que se passe-t-il quand on quitte le mouvement raélien ?

- C’est difficile. Au point que plusieurs personnes sont encore raéliennes par désoeuvrement. De toute évidence, perdre sa religion, quitter la prétendue religion raélienne, c'est une épreuve pénible, parce que dans ce mouvement, on dît: «Si tu restes, tu es fort, et si tu quittes, tu es faible.» Plusieurs restent donc pour se convaincre qu'ils sont forts. Pourtant, lorsqu'on quitte, on se rend compte que c'est là qu'on fait preuve de force.

- En quoi croyez-vous aujourd'hui ?

- Même si je considère aujourd'hui que Raël n'a pas dit la vérité, je ne pense pas que ça remette définitivement en question l'existence des ex­traterrestres. Pour ma part, j'ai vu huit fois des phénomènes ovnis et, attention, pas en fixant le ciel pendant des heures et en imaginant voir quelque chose bouger à un moment donné ! Non. Par exemple, j'étais en compagnie de trois autres députés, au début des années 1980, et nous avons; vu un ovni pendant que nous nous rendions de Sacramento en Californie à Las Vegas. Une énorme lumière blanc bleuté est descendue du ciel avant de disparaître à une vitesse inimaginable. Nous avions tous vu la même chose ! Mais dorénavant je n'adhérerai à aucune : croyance religieuse sur la base de cette expérience.

- Est-ce que le Mouvement raëlien a répondu à votre demande de remboursement ?

- Oui, il refuse en s'appuyant sur des points techniques. Dans les faits, je continue de croire que toutes les sommes que j'ai versées au Mouvement raëlien l'ont été à cause d'un mensonge. Je n'ai pas l'intention pour le moment, de révéler la preuve qui m'a confirmé mes doutes. Je me contente de l'évoquer. Cette information est ma meilleure arme contre toute tentative judiciaire d'intimidation de la part du Mouvement rélien et de Claude Vorilhon. Je cherche encore la meilleure façon de la révéler. Pour le moment, l'AISE, l'Association d'information et de soutien aux ex-Raëliens, est née. Elle s'occupera des dossiers de remboursements de dons. Une ex-Raëlienne vient à son tour d'exiger le remboursement des dons qu’elle a versés.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> Vous dites que des "conneries" sur les raéliens!<br />
Répondre
M
<br /> <br /> C'est celui qui le dit qui y est, nana ! A question con, réponse con ! A l'avenir, je mettrais directement tes commentaires à la poubelle sans les lires, vu l'excellence de ton argumentaire. Tu<br /> ne t'étonneras donc pas de ne plus les voir publier ni d'avoir de réponses.<br /> <br /> <br /> J'ai connu les raêliens certainement avant toi, avant que le gourou pête les plombs et en fasse une "religion".<br /> <br /> <br /> S'aurait pu être interressant. D'ailleurs, il n'y a plus personne en France, il y a 3 ans, j'étais à la réunion parisienne où on s'est peut-être croisé et où vous avez dù faire venir<br /> des filles de Belgique et de Suisse pour faire croire que...<br /> <br /> <br /> Le raëlisme en France est définitivement mort, sabordé par son propre gourou trop radin pour payer ses impôts.  <br /> <br /> <br /> <br />