Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Le viol des foules (5)

11 Mai 2008 , Rédigé par momo Publié dans #Sociétal

Le viol des foules (5)

 

Les communistes

 

On a déjà beaucoup écrit sur ces sales bêtes pour ne pas dire criminels (Communisme & Epilation : http://poilagratter.over-blog.net/article-7374599.html, Nos pires ennemis : http://poilagratter.over-blog.net/article-5724853.html, Les patrons doivent payer : http://poilagratter.over-blog.net/article-7348208.html, et bien d’autres), et pourtant, on en a encore sous le pied.

La raison en est très simple et ce sujet, le viol des foules, vient à point nommé pour en rajouter une couche, et non des moindres.

Si le viol des foules apparaît souvent comme une conclusion, l’aboutissement d’une logique chez les autres forces ; chez les communistes c’est un point de départ dès l’origine.

Lorsque vous entendez un orateur communiste, vous n’aurez jamais droit à un cours ou un exposé de la doctrine marxiste-léniniste réservé aux seuls cadres et à un moindre niveau, aux adhérents.

Les articles sus-mentionnés et d’autres sur ce Blog l’expliquent très bien. Le concept de propagande « agit-prop » oblige dans un 1er temps à brosser le chat dans le sens du poil, à mentir comme Lénine promettant la terre aux paysans en omettant sciemment de préciser qu’il s’agira de propriété collective (ce qui n’est même pas vrai puisque ce sera la propriété de l’Etat). Car si seul les cadres (et encore) sont au courant du projet final, même les adhérents sont laissés dans l’ignorance du projet final. Seul des informations partielles leurs sont distillées. Alors, inutile de vous dire que l’idiot λ qui s’est égaré dans un meeting Besancenot, Laguiller ou Buffet… n’est rien d’autre qu’un idiot utile selon le mot de Lénine lui-même.

Par voie de conséquences, les discours sur les salaires, l’emploi, le logement, etc… ne sont donc aussi que des idioties utiles dont ils se contrefoutent.

Les communistes partent du point de vue que dans un 2ème temps, une fois au pouvoir, l’application du communisme règlera AUTOMATIQUEMENT tous ces problèmes.

 

Et c’est bien là qu’est le problème dans le discours sur lequel ils auraient « changés » suite à l’échec manifeste de leur doctrine à chaque fois qu’ils se sont retrouvés au pouvoir et qu’ils ne peuvent plus nié comme ils l’ont fait pendant tant d’années.

 

Ils ont seulement fini de croire aux vertus « automatiques » du marxisme-léninisme… et rien d’autre. Et encore pas pour tous. Les trotskystes y croient toujours, raison pour laquelle ils peuvent être considérés comme pire que les staliniens sur ce point.

 

Ils s’engagent seulement à travailler, en s’alliant parfois avec d’autres, à une mise en œuvre qui ne renie RIEN DU TOUT de ce à quoi ils croient, à l’exception de l’automatisme.

 

Conséquence : le viol des foules persiste. Il est seulement plus pernicieux, plus fourbe… donc pire.

La chute du Mur les a donc rendu encore plus dangereux.

 

Un exemple remarquable : après avoir compris que les masses n’adhèreraient pas au modèle de société communiste économiquement désastreux, ils se sont aperçus que la seule chose qui peut motiver les gens de les rejoindre, outre l’opposition au capitalisme, est l’anti-fascisme. C’est même la grande victoire historique du communisme. Trop grande d’ailleurs puisque le fascisme a disparu, vaincu, en 1945.

C’est devenu tout l’art de la propagande communiste (et d’un nouveau viol des foules) que de faire croire que le fascisme existait encore sous d’autres formes, notamment sous celle de l’impérialisme américain. Pas complètement faux, mais inexact. Peut importe, le viol des foules repose sur l’amalgame d’une partie de vérité et de mensonges éhontés (plus c’est gros, mieux ça passe).

Mais ça ne suffisait pas pour justifier l’existence, la permanence, et surtout l’utilité de partis communistes dans la société moderne. L’idéal serait la réapparition du fascisme.

 

 

 

 

Et c’est là qu’intervient Le Pen, non pas comme agent du KGB (on aurait du mal à croire qu’il en est un), mais comme alibi ; au grand dam de leurs alliés socialistes sommés de se rallier à ce dogme, dogme imposé non seulement à la gauche mais aussi à la droite, dogme qui donne aux communistes, 1.2 % de la population, un rôle comparable à celui de l’Inquisition au Moyen-Age. La police de la Pensée de 1984, le roman de Georges Orwell, est devenue une réalité… dans un pays où ils ne sont pas au pouvoir.

 

Avec l’aide de leurs associations satellisées y compris écologistes (on reviendra sur eux dans le numéro suivant du viol des foules) et de leurs naïfs alliés socialistes, les communistes vont développer une politique de préférence étrangère destinées à inciter nombre de personnes, écœurées, dégoûtées (à juste titre et on les comprends), à voter, à rejoindre Le Pen pour justifier l’idée d’une renaissance du fascisme.

 

Là est le plus grand viol des foules politique (et communiste) auquel nous avons pu assister ces dernières décennies. La montée du FN pendant ces 20 ans fut du, non pas à un viol des foules fasciste du type de celui analysé par W. Reich dans Psychologie de masse du fascisme, mais comme conséquence (voulue et orchestrée) du viol des foules communiste.

Les communistes ont fait de l’incitation au vote Le Pen pour pouvoir accuser ensuite, vis-à-vis des masses, celui-ci d’incitation à la haine raciale. En réalité, c’est les communistes, par leur politique de préférence étrangère, qui sont les seuls coupables d’incitation à la haine raciale ; un véritable viol des foules, totalement manipulées, dont on peut difficilement affirmer qu’elles pouvaient en être conscientes et donc consentantes. Là, c’est un vrai viol.

La raison en est très simple lorsque l’on sait comme dit précédemment que le viol des foules est à la base du communisme dès l’origine. Le viol des foules n’est une véritable profession que :

1.      dans les religions.

2.      chez les communistes et les fascistes.

3.      chez les publicitaires.

dans l’ordre de leur arrivée dans l’Histoire.

Chez les autres forces, c’est presque de l’improvisation et elles font souvent appel aux publicitaires dans les campagnes électorales… sauf les communistes. Et pour cause !

 

Bien sur, ils ont beaucoup perdu électoralement (au profit du FN justement.) ; mais ayant compris qu’ils ne seront jamais seul au pouvoir, cette politique de la « terre brûlée » (comparable à l’échange de vaste espace contre du temps pour réarmer que fut la stratégie de Trotsky face aux « blancs », de Staline face à Hitler, de Mao face à Tchang, d’oncle Hô face aux français puis aux américains, etc…), devait au fil du temps être payante.

C’est effectivement ce que nous constatons aujourd’hui avec le recul du FN et la contre-offensive communiste inéluctable. Le FN ne pouvait que perdre. Mis sur la défensive par la stratégie communisme, il ne pu développer son propre viol des foules. 2002 fut son Stalingrad, l’apogée (le 1er tour) et le début de l’effondrement (le 2ème tour). La contre-offensive communiste peut démarrée.

 

Elle n’en est qu’à son début et pas encore très visible comme on l’a vu lors du numéro précédent. On l’a dit, écrit et rabâché. La bête n’est pas morte. Le Pen disait il n’y pas si longtemps à propos des communistes au plus bas : « On ne tire pas sur l’ambulance ». Le MIEL nous disait la même chose avec des mots différents : « Ils ne comptent plus que pour du beurre ». Ils doivent se mordre la langue aujourd’hui !

 

Nul doute qu’il va falloir s’attendre à de durs combats contre ces véritables professionnels, experts en viol des foules, dans les temps qui viennent. Le Pen est un charlot à côté d’eux avec son discours victimiste de petit commerçant.

 

Une raison de plus de nous rejoindre pendant qu’il encore temps au lieu de s’abstenir.

 

 

 

 

Voilà un exemple testé par un des satellites communistes destiné à faire face à la disparition de Le Pen et à continuer de prétendre que le fascisme est toujours là. C’est une nécessité absolue de survie pour le communisme, rappelons-le.

Superbe manipulation puisque l’antenne officielle des communistes essaye de faire croire que Sarko récupère le vote FN… alors que les satellites appellent les électeurs FN… à voter Sarko.

 

Une autre réflexion, et non des moindres : certains communistes, le Parti de la Décroissance notamment, nous accusent d’être un sous-marin d’extrême-droite (c’est d’ailleurs une des choses qui permet d’identifier les sous-marins communistes. La psychologie est un jeu de miroir !).

 

 

 

 

Une femme (référence à notre matriarcat) habillée en hippie (nos références historiques, sexuelles, musicales, écologiques, etc…) n’est qu’un masque derrière lequel se cache Adolf (pas moins s’il vous plait) (ce qui ne les empêchent pas de reprendre notre opinion sur les zeppelins pour le transport du fret aérien).

 

Argument débile pour plusieurs raisons :

1.      Il rentre dans le cadre de ce qui précède qui consiste à voir (et même à inventer d’une manière paranoïaque) des fascistes (Le Pen, Sarkosy et, on croit rêver, même nous) pour justifier le communisme.

2.      Les sous-marins d’extrême-droite n’opèrent qu’à droite. De même qu’il y a des sous-marins de la droite qui opèrent à l’extrême-droite.

3.      Si on était vraiment d’extrême-droite, on aurait créé un mouvement d’extrême-droite et il y a longtemps que l’on aurait percé. Ce n’est pas Le Pen qui nous aurait mis des bâtons dans les roues.

4.      Par contre, en créant un mouvement d’extrême-gauche (parce que nous sommes d’extrême-gauche), on se trouve obligatoirement devant un véritable mur.

a.       On ne peut rien faire avec les communistes qui sabotent, récupèrent, dénaturent, ridiculisent pour mieux enterrer nos idées soixante-huitardes comme ils l’ont toujours fait.

b.      On ne peut rien faire sans eux puisqu’ils absorbent tous les militants susceptibles de nous rejoindre.

C’est la raison qui fait qu’on a du renoncer à créer un mouvement de masse (parce qu’on a échouer à cause d’eux autant qu’à cause de votre connerie) et à se retourner vers la seule élite (en s’abstenant de nous rejoindre pour, croyez-vous, éviter de vous faire manipuler, vous vous êtes en réalité fait manipuler par les communistes qui, s’ils n’ont pu vous mettre la main dessus, ont quand même réussi à vous empêcher de nous rejoindre). Les communistes ont trop souffert des « gauchistes » de 68 qu’ils n’ont pas vu venir pour se permettre de voir ressurgir cette concurrence. Ils feront tout pour empêcher cela… en utilisant le viol des foules !

 

Recopiez et distribuez autour de vous ce papillon.

 

 

 

 

  

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

    

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article