Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Sexpol (9)

13 Mai 2009 , Rédigé par momo Publié dans #SEXPOL

Sexpol (9)
 
Le désir charnel complique la vie, selon le dalaï lama

2008-11-28 18:43:31
LAGOS (AFP)

© AFP

 

Le dalaï lama, le 27 novembre 2008 à Lagos

Le dalaï lama a estimé vendredi que le désir charnel, s'il procure une satisfaction à court terme, complique les choses, tandis que la chasteté procure une plus grande indépendance et une tranquillité d'esprit.

"La pression sexuelle, le désir sexuel, je pense, procurent une satisfaction de courte durée et souvent, conduisent à davantage de complications", a expliqué le chef spirituel des Tibétains lors d'un entretien avec des journalistes, dont l'AFP, à l'occasion d'une visite privée au Nigeria.

Assis en tailleur sur un canapé en cuir dans une suite d'un hôtel de Lagos, le dalaï lama a expliqué que la vie de couple causait "trop de hauts et de bas".

"Naturellement, en tant qu'être humain (...) une sorte de désir sexuel survient mais alors, on utilise l'intelligence humaine pour constater que ces couples ont toujours des problèmes. Dans certains cas, il y a des suicides, des meurtres".

"Donc, c'est notre consolation. Nous passons à côté de quelque chose mais si l'on compare sur une vie entière, c'est mieux. Plus d'indépendance, plus de liberté", a estimé le prix Nobel de la paix ajoutant que l'abstinence causait "beaucoup moins de hauts et de bas".

"Trop d'attachement à vos enfants, à votre partenaire (...) est l'un des obstacles à la tranquillité d'esprit", selon le dalaï lama qui a cité l'exemple de couples vieillissants qui s'inquiétent de la mort prochaine du conjoint.

Prônant le "détachement", il a cependant souligné que le désir, quand il n'est pas charnel, est un sentiment sans lequel "la vie n'aurait pas de sens".

Le dalaï lama achevait vendredi une visite de trois jours au Nigeria où il a été invité par une fondation pour une conférence. Il s'est refusé à faire des déclarations politiques, soulignant le caractère privé de ce déplacement.

Il doit quitter le continent africain dans la nuit de vendredi pour se rendre en République tchèque, puis en Belgique où il s'exprimerera devant le Parlement européen et enfin en Pologne où une rencontre mal considérée par Pékin avec le président français Nicolas Sarkozy est prévue.

On n’a pas eu la place de l’évoquer à l’époque. On notera que l’autre Souverain Pontife reconnaît, contrairement à celui de Rome, que sans plaisir sexuel, on passe à côté de quelque chose.

Il est intéressant de noter aussi qu’il lie, comme celui de Rome, et comme beaucoup de gens, le sexe aux sentiments. Selon lui, la vie n’aurait de sens sans ces sentiments. On est un peu surpris puisqu’il dit que c’est justement à cause de ces sentiments que tous ces problèmes ont lieu.

C’est bien là où Wilhelm Reich et la Révolution Sexuelle interviennent :

les problèmes en question sont le résultat de la jalousie, de l’envie non satisfaite, elles-mêmes conséquences de la sexualité patriarcale de fidélité obligatoire.

la jalousie n’a évidemment rien à faire dans une sexualité plurielle communément acceptée et partagée.

les sentiments peuvent tout à fait avoir leur place dans ce dernier cadre avec un(e) partenaire privilégié(e).

le sexe peut très bien être sans sentiments comme c’est le cas de la masturbation évoquée plus bas. Mais si la masturbation est toujours triste ; le sexe, même sans sentiments, est souvent plus marrante qu’avec sentiments (et justement pour cela, ce qui répond indirectement aux préoccupations de Sa Sainteté). 

la vie n’a effectivement pas de sens pour les frustrés qui en arrivent au suicide ou au meurtre pour les plus atteints. En comptant les moins atteints, c’est une large majorité qui souffre.

Ce que propose la religion n’est pas une guérison de cette souffrance et de ces frustrations ; mais un substitut, un placebo, de la méthadone. De l’aveu même de Sa Sainteté, la religion n’est qu’une « consolation ». Le cas des prêtres pédophiles montre clairement l’échec de cette castration métaphysique (Et on ne parle pas de ceux qui se masturbent, bien plus nombreux pour ne pas dire presque tous. Des « tricheurs » dont on ne parle jamais, et pour cause puisqu’ils faussent tout ce beau discours sur l’abstinence et ses prétendues vertus). Ce que propose W. Reich et la Révolution Sexuelle EST la guérison.

 

PS : rappelons à ceux qui ne nous connaissent pas encore (vous avez plus de 400 pages à vous goinfrer pour cela ; et il nous en reste encore beaucoup à écrire), que nous ne sommes pas une secte partisane d’une sexualité, disons « industrielle ». Mais il est un fait que la majorité des femmes ignorent l’ampleur de leurs potentialités qui va bien au-delà de la capacité à satisfaire d’un seul homme*. C’est pour cela que cela fait peur à nombre d’hommes et qu’ils font tout (port du voile par exemple) pour qu’elles ne le découvrent jamais.

 

* Lire à cet égard notre article sur ce sujet : http://poilagratter.over-blog.net/article-19869774.html

… et pour répondre au connard qui disait qu’on ne parlait jamais d’amour.

 

Les hommes ont, outre la concurrence des autres hommes, celles des autres femmes… et de certains animaux, notamment les chiens (la zoophilie : un ENORME tabou non encore brisé : http://poilagratter.over-blog.net/article-24415666.html). C’est dire la tentation de facilité à enfermer la femme dans l’idéologie patriarcale religieuse ou non (le communisme est patriarcal, mais il est vrai qu’étant une secte…) sexuelle-répressive. C’est d’autant plus facile qu’il suffit d’actionner l’attirance de la femme dans sa quête de certitudes pour l’avenir (instinct maternel) que l’ont constate bien avec le fait qu’elles représentent 80 % de la clientèle de l’astrologie. Hors, les religions nourrissent en certitudes : l’opium du Peuple disait Lénine. Et non l’embaumé, puisque ce n’est que de l’ersatz d’opiacé, de la méthadone !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article