Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Le livre du mois (31)

31 Mai 2011 , Rédigé par momo Publié dans #Rubrique

Le livre du mois (31)

 

 

  Stiglitz

 

 

Bien qu’il ne soit pas alter-mondialiste comme nous nous le sommes, son analyse est des plus proche des nôtres.

2008 fut comme 1929, une grave crise financière qui précéda une crise économique plus grave encore. Les raisons sont les mêmes, hier un libre-échangisme débridé, aujourd’hui un mondialisme dérégulé. Les « solutions » proposées par les « décideurs » sont aussi les mêmes : un Herbert Hoover proposant les mêmes « recettes » qu’un Obama… avec pour inéluctable résultat une aggravation de la crise. Il y eu des « sauveurs » européens provisoire comme André Tardieu (http://poilagratter.over-blog.net/article-7342022.html) auquel les DSK et Lagarde n’arrivent pas à la cheville.

Mais, comme hier, la solution ne pourra venir que d’une rupture avec, hier le libre-échangisme, aujourd’hui le mondialisme et le retour à des Etats forts, une économie dirigée et régulée et un protectionnisme douanier efficace. Le remède de cheval des Keynes, Roosevelt et de leurs équivalents européens dans les états forts qui s’y trouvait (et que l’on brandit à tord comme le danger du retour possible… ce qui sera à coup sur le cas si l’on attends trop justement) est la seule véritable solution.

Dans la crise actuelle, pour l’auteur elle a commencé même très tôt car la dérégulation remonte à Reagan et Mitterrand. Et là-aussi, nous partageons cette analyse. Le 1er a certes vaincu l’URSS, mais en livrant son pays et le reste du monde à l’arbitraire d’un capitalisme apatride n’ayant plus rien à voir avec les capitalisme nationaux des guerres mondiales plus ou moins bien contrôlés par les Etats, mais contrôlés quand même. L’Etat avait le dernier mot lorsqu’il le voulait et en avait les moyens.

 

L’auteur est un personnage primé (Nobel de l’Economie 2001 SVP), compétent, reconnu même par ses adversaires, les conférences sont bondées, le charisme indéniable, ses livres sont accessibles à tous et compréhensibles par tous, les « décideurs » s’accordent, et pas seulement en coulisse, à dire qu’il a raison ; et pourtant ces même « décideurs » font le contraire et font ce qu’à l’évidence il ne faut pas faire comme l’Histoire l’a prouvé. Pourquoi ? La raison est dans le titre de l’ouvrage : les « décideurs » ne décident plus. Malgré le pouvoir de certains (celui d’appuyer sur le « bouton rouge » de l’arsenal nucléaire par exemple ; il est d’ailleurs a tempérer, les USA n’étant plus capables de gagner une guerre depuis la Corée), le VRAI pouvoir est ailleurs dans la minorité bourgeoise de jouisseurs, d’égoïstes et de parasites qui s’appuient sur une classe moyenne de technocrates à la mentalité de collabos, car les « décideurs » ne sont plus en fait que des gérants. Une élection d’un Président de la République Française ne vaut guère plus aujourd’hui que celle d’un syndic de copropriété.

Rendre à l’Etat sa Puissance, son Pouvoir et son Prestige ; là est la clef de la sortie de crise… et le préalable.

Pour cela, il faudrait que le tas de cons que vous êtes vous débarrassiez des dégâts que le communisme idéologique et le matérialisme capitaliste ont faits à votre cerveau et retrouviez vos racines nationales, identitaires et la fierté de votre sang. A voir la vitesse à laquelle vous vous précipitez pour signer la pétition http://9038.lapetition.be/, il est clair qu’on est loin de voir réapparaître les forces salvatrices en question… même au FN où Jeanne d’Arc doit se retourner dans sa tombe, AUCUN, je dis bien AUCUN de ces abrutis n’ayant signé la pétition.

 

Bien sur, Stiglitz ne va pas aussi loin que nous, car il ignore à quel point les masses sont, bien que victimes de ce Système, absolument totalement incapables de penser et de vivre autrement qu’avec et par ce Système. C’est la Planète de Singes où la quasi-totalité de l’Humanité est d’une fidélité absolue dans les singes qui les gouvernent et croit que cela a toujours existé et qu’il n’y a pas d’autre solution. Les auteurs des films ne croyaient probablement pas que cela arriverait aussi tôt. Ce n’est pas dans un avenir lointain ; c’est actuellement, tas de cons !

 

Erratum à l’attention des cons qui laissent des commentaires désobligeants et donneurs de leçons : pas un seul d’entre-vous n’a relevé la coquille dans l’article de la semaine passée. Bien évidemment, il fallait lire que Georges Tron n’a pas trahi Bayrou, mais de Villepin. Preuve que vous faites vachement attention à ce que j’écris pour ceux qui se plaisent à critiquer.

Tas de cons !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article