Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Le féminisme de 3ème génération

22 Octobre 2012 , Rédigé par momo Publié dans #SEXPOL

Le féminisme de 3ème génération

 

 

La 1ère génération, connue sous le nom de suffragettes, a marquer le XIXème siècle jusqu’aux années 50 du XXème.

La 2ème génération fut un ramassis d’usurpatrice. Le MLF (http://poilagratter.over-blog.net/article-28828955.html) ne fut pour rien dans la libération de la femme des années mai 68. Gouines mal baisées, hostiles à la Révolution sexuelle, elles considéraient la sexualité comme un instrument de domination des hommes sur les femmes (stupéfiant lorsque l’on sait qu’un orgasme féminin est comparable à une mitrailleuse lourde comparé au pistolet à 1 coup de l’orgasme masculin : http://poilagratter.over-blog.net/article-19869774.html). Leur seul apport fut la loi Veil sur l’avortement qui de toute façon aurait eu lieu sans elles vu ce qui se passait dans les communautés hippies, seuls endroits on l’on avait compris que la libération de la femme et la Révolution sexuelle sont 2 choses liées… et, comme on le verra, caractérise aussi les féministes de la 3ème génération.

Pire, les Gisèle Halimi (comme elle l’explique fort bien dans ses livres) et autres MLF sont devenues communistes (un modèle inouïe de répression sexuelle, en 1980 une fille en mini-jupe dans la rue à Moscou finissait sa journée en garde à vue) en affirmant que les femmes sont comme les ouvriers et les immigrés, une classe inférieure. Halimi soutiendra le FLN algérien pendant la guerre d’Algérie à ce titre… mais se gardera bien d’aller vivre en Algérie la « victoire » obtenue. Elle deviendra muette avec la montée de l’islamisme. Caroline Fourest appartient à cette génération dont elle est le dernier avatar attardé à tous les sens du terme.

 

Et il y a les féministes de la 3ème génération à laquelle se rattachent les Riot Grrrl et les Femen.

Lorsque l’on voit les Pussy Riot faire une partouze au Musée de l’Ours à Moscou, on ne peut pas dire qu’elles soient hostiles au sexe.

Lorsque Joan Jett (Riot Grrrl historique) chante « Je préfère faire l’Amour à 3 », idem.

Ne parlons même pas des Femen aux seins nus et du discours hostile aux religions devant lesquelles les féministes de 2ème génération, comme leurs amis communistes, capitulent et soutiennent le port du voile.

 

Chez les Ni Putes Ni Soumises, seule Loubna Méliane a rejoint les Femen. Rappelons la réaction qui fut celle des NPNS lorsque Marcela Iacub était venu leur expliquer ce que l’on dit depuis toujours, c'est-à-dire que le droit de dire NON ne vaut rien s’il n’est accompagné du Droit de dire OUI (et même de prendre l’initiative, ce que l’on appelait à l’époque le « quart d’heure américain »).

 

Voilà, résumé, une des raisons de notre soutien aux Femen dont l’article cité d’Agoravox dans un N° précédent montrait clairement que l’abruti d’auteur (catholique frontiste manifestement) de cet article confond féministes des 2ème et 3ème génération. Il rejette les 2èmes, à juste titre d’ailleurs, mais a manifestement peur de la sexualité des 3èmes, l’une des motivations du patriarcat.

Etonnament, on trouve le même rejet des Femen à l’extrême-gauche qu’à l’extrême-droite. Et oui ! Les féministes de la 3ème Génération qui s’illustrent aujourd’hui et qui viennent  de l’Est dont certaines ont été torturées dans les geôles bolchos de Biélorussie, si elles reconnaissent que l’Eglise n’avait que peu de poids du temps de l’URSS où l’avortement était légal, n’ont pas pour autant de sympathies à l’égard de l’URSS sexuelle-répressive. Il n’y a d’ailleurs que peu de différence entre Poutine et Brejnev sur cet aspect. 

Les communistes français le savent bien et même Clémentine Autain n’a pas fait d’apparition au Lavoir Moderne. Idem pour Céline Bara qui a d’ailleurs rompu avec nous pour cause de soutien aux Femen (Cette antithéiste, uniquement en paroles, m’a piqué une crise de jalousie inouïe parce que je soutiens les Femen. Jalouse pourquoi ? Parce que pas capable de scier des crucifix à la tronçonneuse dans l’Ariège ?)

 comm-fesc-comp.jpg

 

Il ne reste donc plus qu’à y rajouter notre discours anti-épilation ce que les Femen du Brésil (au Rio Grande do Sul pour être précis) ont déjà fait.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article