Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

« Home »

9 Juin 2009 , Rédigé par momo Publié dans #Surpopulation & décroissance

« Home »

 

On ne va pas mégotter notre satisfaction. Outre de très belles images, ce qui est son métier, on y a enfin, sur le tard, entendu le mot de « surpopulation ».

Dommage qu’il n’y apparaisse que comme une pièce rapportée, comme une évidence que l’on ne peut plus cacher désormais.

Insuffisant à notre goût, cela provoqua à l’inverse l’ire de l’ex d’ACF (Action contre la Faim), Sylvie Brunel, lors du débat qui suivi le film sur A2.

Pour elle, il n’y a pas d’homme parasite. On ne peut reprocher à l’Inde et à la Chine de vouloir bénéficier des bienfaits de la Révolution Industrielle. Ce qu’elle oublie, c’est que chez nous, cela s’est accompagné de la Révolution Sexuelle qui a fortement limité la natalité. Chez eux, la Révolution Sexuelle est interdite et la limitation des naissances est imposée avec des méthodes, autant que des résultats discutables et de toute manière insuffisant et temporaire.

 

Mais revenons au film. On rira doucement sur le commentaire alternativement déiste et scientifique (donc athée) pour retenir des chiffres qui font peur : Shenzhen était un village de pêcheurs il y a 20 ans… c’est aujourd’hui plus grand que Paris. La ½ de la population mondiale vit en ville ; et pour 1/6 d’entre eux, dans des conditions insalubres. La pêche a été multipliée par 5 en 10 ans et 1 habitant sur 5 de la planète se nourrit principalement de poissons. Les puits du Sahel ont épuisé la nappe phréatique et n’ont été qu’un pis allé, qui n’a fait que retardé l’inéluctable… en l’aggravant. Le Colorado n’atteint plus la mer la plus grande partie de l’année. La population mondiale a triplé depuis 1950.

 

Mais la partie centrale du discours est… une contradiction. Où plutôt ce que l’on appelle un paradoxe (une contradiction « apparente », mais tout le contraire en fait) : la ½ de la population mondiale vivant en ville, cela veut dire que l’autre moitié vit à la campagne. 3 % disposent d’un tracteur. Il ne reste plus que 3.000 fermiers aux USA… qui nourrissent la ½ de la planète.

L’équation est la suivante : d’un côté il faut des bras, faire des gosses pour produire… insuffisamment pour les nourrir. De l’autre, on remplace les bras par du pétrole pour produire bien plus que l’on peut nourrir... et faire de l’essence avec.

L’agriculture traditionnelle consomme aussi 3 fois plus d’eau que l’industrielle.

Il attaque (après l’avoir soutenue dans le passé) les bio-carburants : bien !

 

Le débat qui suit fait apparaître des choses des plus intéressante :

 

On passera sur l’épilée (à l’intérieur comme à l’extérieur) Maud de Fontenoy qui propose de manger… des algues. Les expériences conduites depuis les années 70 dans cette direction ont toutes échouées. Même en faire des agro-carburants de 3ème génération est un leurre comme pour les deux 1ères générations. Les années 70 ont vu des projets aussi « merveilleux » que ceux dont elle nous parle. Le résultat s’est révélé catastrophique. Les fermes aquacoles sont hyper polluantes et donne un poisson de mauvaise qualité. Quand aux nodules métallifères, elles se sont révélées aussi inexploitable… que les algues.

 

Evidemment, il y a ceux qui proposent de manger moins de viande, où même pas du tout. On l’a dit et répété, on ne va pas se priver de viandes parce que les politiques ne veulent pas prendre leurs responsabilités… et leurs cons d’électeurs aussi. Etonnamment, c’est Sylvie Brunel qui conteste ce discours. Mieux elle va plus loin en attaquant le bio. Si on passe au bio, la production agricole s’effondre et c’est la famine mondiale généralisée. Pire, le bio, c’est cher, c’est pour les riches ; le reste, la merde, c’est pour les pauvres. Bien dit ! C’est ce que l’on dit, nous, depuis le début.

Pire encore, le bio consomme plus d’eau, moins de tracteur… et plus de bras. Très peu d’agriculteurs accepteront de revenir en arrière et faire des tonnes de gosses pour fournir les bras qu’il manque pour cela. Le moins de gosses qu’il y a est de préférence envoyé à l’école. Et comme il est hors de question de rétablir l’esclavage…

Là est le paradoxe. On est obligé de continuer à faire de l’industriel. Si on veut passer au bio, il faut réduire la population… hors pour passé au bio, il faut… l’augmenter, augmenter les bras.

Le cas de l’île de Pâques est cité (contesté par SB).

 

Morceau de choix dû à YA-B, c’est Dubaï (qui a d’ailleurs été viré des Emirats). L’endroit où Sarko va transféré notre base de Djibouti cédée aux USA (Bravo mon  con ! on a sacrément perdu au change). On en a déjà parlé (http://poilagratter.over-blog.net/article-7360390.html), YA-B en rajoute une couche. Malgré l’énorme quantité de soleil qu’ils ont, pas un seul panneau solaire. Que du pétrole !

 

L’émission de termine sur des interventions remarquables. SB fait remarqué qu’il y a des pays où la forêt augmente en superficie : la France, le Gabon.

Elle oublie que l’agriculture est industrielle en France et produit plus avec moins de terres, et que le Gabon est un des rares pays de dénatalité (pour des raisons génétiques plutôt rares).

Elle affirme ensuite qu’il n’y a pas de guerres pour le territoire même lorsque la population augmente (anti-malthusianisme). La Côte d’Ivoire vient juste de démontré le contraire, m’enfin…

 

On passera aussi sur la naïveté de Y A-B qui montre en exemple le Costa-Rica qui a supprimé l’Armée… en devenant le Jurassic Parc des USA (où il fut d’ailleurs tourné comme King-Kong… où les épilées de Koh-Lanta), alors qu’on va vraiment en avoir besoin comme Rome de ses légions, pour faire face à ceux qui vont tenter de passer par tout les moyens nos frontières : les réfugiés climatiques.

 

En conclusion ; comme Y A-B le reconnaît, tout ça est très pessimiste et il n’y a pas de notes d’espoir. Il reconnaît s’être forcé à en rajouter à la fin (où y avoir été forcé par François Pinault). Mais il est un fait, qu’à part manger des algues, AUCUNES propositions sérieuses n’a été faite pour faire face à ce qui va nous tomber sur la tête… avant 10 ans selon eux.

 

La reconnaissance de la surpopulation est un 1er pas. Le 2ème est de voir comment on va pouvoir faire de la décroissance démographique dans un système capitaliste qui n’accepte QUE la croissance économique. Cette dernière implique forcément une augmentation de la consommation (et des consommateurs, donc de la population, puisque les salaires baissent pour permettre les profits (à très court terme) des patrons. La décroissance (aussi bien démographique, qu’économique) n’est pas non plus au programme des communistes, des Verts, de Bové et bien sur des socialistes, gaullistes (historiques ou non), centristes, etc…

 

On en revient donc, à notre seul Mouvement, le seul a avoir les solutions. La restauration de la Révolution Sexuelle ici, et son exportation ailleurs ; ce qui passe par le combat contre toutes les forces réactionnaires qui l’ont soit trahi (comme les communistes) ou combattu (de Le Pen à Ben Laden en passant par Sarko et Bayrou dont ce dernier à récemment attaqué Cohn-Bendit sur cette question justement).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article