Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Sabotages SNCF

25 Novembre 2008 , Rédigé par momo Publié dans #Politique

Sabotages SNCF :

 

On avait dit qu’on donnerait notre opinion dans ce N° vu qu’on connaît certains suspects.

Et ben on n’en fera rien !

2 raisons à cela :

1.      Les risques de procès dont on pourrait être l’objet.

2.      C’est quoi ces gens qui veulent tous savoir et rien payer ? Même au XIXème siècle, même les plus pauvres trouvaient toujours une petite pièce au fond de leur poche pour soutenir un journal militant en l’achetant. Le Blog est gratuit, mais nous avons des frais. Que les radins restent dans leur crasse ignorance !

 

On l’a dit dans le N° 1 de viol des foules (http://poilagratter.over-blog.net/article-18566059.html), il y a 3 niveaux d’information :

 

1.      Le niveau de base (les grands médias) : un minimum d’infos, juste ce qu’il faut pour que les cons ne s’aperçoivent pas qu’on les prend pour des cons. Et que le point de vue du Système, y compris quand ils prétendent donner le point de vue des hors-Système (propagande).

2.      Le niveau intermédiaire (notre Blog par exemple) : pour ceux qui le lisent en tout cas et prouve par là même qu’ils sont moins cons que les autres. Quand à ceux qui connaissent notre Blog et ne le lisent pas, c’est plus que des cons : des cons au carré (d’où la récente purge où ils se sont purgés eux-mêmes).

3.      Le niveau supérieur (l’adhésion) : et c’est là que l’on en voit tout l’intérêt, car certaines infos de grande importance ne peuvent être publiées sur le Blog.

 

Une note sera quand même publiée dans la partie « réservée » du Blog (lettre aux abonnés N° 5).

 

Mais on va quand même parler des sabotages SNCF, « réguliers » ceux-là, organisés par les communistes et qui provoquent les dénégations du père Mahieux de SUD-Rail pour qu’on ne le confonde pas avec les saboteurs « irréguliers » du frère Julien.

C’est d’ailleurs ce qui motive le retard apporté à la publication de cette livraison de façon à avoir des témoignages (mal) vécus.

 

A.     1ère opération : le préavis :

Initialement déposé pour le mardi 18/11, les syndicats staliniens, à la suite des négociations, reportent la grève au vendredi.

 

B.     2ème opération : l’arnaque :

Mais pas les trotskards qui maintiennent la grève au mardi. Résultat, la grève durera du lundi (car une grève de 24 heures durent en fait 3 jours : du lundi 20 heures au mercredi 8 heures, voir au surlendemain, le temps qu’ils se remettent progressivement au travail)… au lundi suivant (car au moment où les trotskards vont reprendre le travail, les stals commencent à l’arrêter).

 

C.     3ème opération : le foutage de gueule :

Avec l’instauration du service minimum, les collègues soit-disant non grévistes ne sont pas en reste ; et là on peut parler de sabotages qui dans le privé seraient sanctionnés de licenciements immédiats, sans préavis et sans indemnités nonobstant des poursuites pour dommages et intérêts qui se chiffrent dans le cas présent en dizaines de millions d’€. De quoi ruiner pour toujours ces fumiers !

 

a.       la complicité du pouvoir gaulliste :

Mais au lieu de poursuites, nous avons au contraire les CRS qui sont rapatriés des sous-sols de la Gare du Nord pour protéger les saboteurs communistes en surface. On sait jamais ! Au cas où il viendrait à l’idée de ces cons de voyageurs de s’en prendre au personnel  « non gréviste ».

Parfois on se demande si c’est MAM ou Buffet qui est ministre de l’Intérieur. On l’a déjà dit, gaullistes et communistes sont historiquement alliés (ce que Dati n’a pas compris).

 

b.      Exemple des sabotages des « non-grévistes » vu cette semaine :

 

                                                   i.      On rend terminus un train en une quelconque gare de banlieue et l’on en fait descendre les voyageurs en leur promettant par haut-parleur un autre train dans 3’.

Et il arrive effectivement… mais de 4 wagons seulement. Et tous les cons se retrouvent comme des sardines dans un train rendu omnibus.

 

                                                 ii.      On met le chauffage à fond (l’après-midi de préférence) dans un train sur-bondé… ou l’inverse, pas de chauffage du tout (le matin notamment).

 

                                                iii.      Gare du Nord : on fait changer plusieurs fois les voyageurs de train. Dans le dernier, celui qui est enfin choisi pour partir, le chauffeur actionne sciemment la fermeture des portes AVANT que tous les voyageurs qui viennent de l’autre train qui reste à quai aient fini de monter. Evidemment, y’en a qui inévitablement (comme espéré par l’enculé de communiste saboteur) tire le signal d’alarme. Et évidemment, l’enculé n’arrive pas à faire redémarrer le train qui devait partir.

Au haut-parleur, le même enculé (dans sa cabine bien entourée par les CRS chargés de le protéger) narguant les voyageurs en disant que c’est la faute de ceux qui ont tiré le signal d’alarme.

En prime, le train qui devait rester à quai… quitte la Gare du Nord… à vide sous le nez éberlué des voyageurs qui n’osent rien dire, les CRS, goguenards, se faisant menaçants, mains sur leurs matraques. Fils de putes !

 

                                               iv.      Pour ne pas être ne reste, les camarades bolchos de la RATP organisent de vastes rafles à Gare de Lyon et Chatelet des malheureux voyageurs qui, pour cause de grève, ont commis l’impardonnable crime de ne pas prendre de billet. Et pas d’excuses puisque la RATP n’est pas en grève, et la RATP n’a rien à voir avec la SNCF (les RER où ont lieux ces contrôles sont mixtes, mais c’est pas la même chose quand même. Bureaucratie communiste oblige ! Sarko ? T’avais pas été élu pour nous en débarrasser ? Blablablablabla !!!).

 

 

Ceci ne sont que quelques exemples pris en flag.

 

D.     4ème opération : la mystification :

 

a.       la presse : bien évidemment, officiellement cette grève ne concerne que le vendredi ; donc la presse « aux ordres » n’en parle pas puisque « officiellement » cette grève n’existe pas… alors que c’est une des plus dures (réseau nord en tout cas) de cette année.

 

b.      Le motif : le fret, il s’agit d’une grève à propos du fret, pas du trafic voyageur. Mais il est vrai que n’étant considérer que comme du bétail par les communistes (« L’homme est un matériau brut, il doit être traité comme tel ». Djerzinsky), quoi d’étonnant.

 

 

 

PS : et ça continue ! La grève de vendredi (qui a pourtant bien eu lieu avec son lot de perturbations, de trains supprimés, raccourcis, rendus omnibus, etc…) est reportée au lundi (c'est-à-dire dimanche soir).

Après de nouvelles négociations, elle est définitivement annulée par les staliniens (où plus exactement reportée après les élections prud’homales, afin de ne pas perdre trop de voix ; faut pas nous prendre pour des burnes !), mais comme les trotskards la maintiennent, le sabotage légal va donc être supporté par les voyageurs pendant une 2ème semaine (en attendant que les staliniens s’y mettent à leur tour après les élections).

 

En conclusion : pas une voix pour les syndicats trotskards (SUD, FO) et staliniens (CGT).

Au fait, y’a encore des cons qui veulent adhérer au NPA de Besancenot ?

 

PS/PS : selon Laurence Ferrari au 20 H de TF1 le lundi 24/11 : « Grève peu suivie ». On voit bien que la copine bourgeoise de Sarko ne prend pas souvent les transports en commun, notamment Gare du Nord. Preuve est faite : mensonge, propagande, désinformation. On vous ment ! Mais à lire ceux qui nous attaquent :

1.      soit ce sont des cons de bourgeois à côté de la plaque.

2.      soit, et c’est malheureusement le cas le plus fréquent, ce sont des prolos qui se font entuber… et qui manifestement aiment ça, puisque non seulement ils en redemandent mais nous attaquent violemment. Sarko n’en demandais pas autant !

 

Pauvres cons !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article