Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

SEXPOL (34)

8 Décembre 2011 , Rédigé par momo Publié dans #SEXPOL

SEXPOL (34)

 

nu

 

Dans les kiosques en ce moment

 

P1000555

 

Une revue au titre alléchant et avec en couverture une peinture hindoue avec poils aux aisselles visibles aussi chez la femme.

 

A l’intérieur, c’est beaucoup plus décevant. On a là l’exemple par excellence de la vision bourgeoise de la Révolution sexuelle expliquée par tout un tas de sommités emplumées et sur-diplômées la plupart américaines.

 

1er chapitre : la pornographie au XVIIIème siècle. Ça commence mal !

 

2ème chapitre : le pénis dans l’Histoire. On s’enfonce ! (humour !)

 

3ème chapitre : la masturbation. Là on tombe franchement des nues : voici une image illustrant l’article et le thème :

   

zoo 

 

qui comme on le voit évoque un sujet totalement tabou, la zoophilie féminine, bien qu’extrêmement répandue à un point où vous n’avez pas idée (et parfois évoqué, mais toujours tangentiellement : http://poilagratter.over-blog.net/article-24415666.html) ; mais est considéré dans cet article comme… onaniste. Quand on a affaire a des gens chargés de rédiger des articles sur un sujet aussi important même pas foutu d’appeler un chat, un chat…

 

Et ça continue, 4ème chapitre : les nymphos. Là on se dit que l’on va peut-être, enfin, rentrer dans le vif du sujet. Mon cul ! On a là une histoire sur ces filles qui étaient considérées (et se considéraient) comme malade avant la Révolution sexuelle et on nous laisse entendre par là même que ce serait fini. Pourtant, il suffit de lire notre article http://poilagratter.over-blog.net/article-19869774.html à titre de comparaison avec le leur pour s’apercevoir qu’il n’en est rien. D’ailleurs, on continue à soigner les nymphomanes appelées plus pudiquement aujourd’hui « sex-addict », alors que ce sont les seules à avoir une sexualité « normale ».

Pour preuve, cet incroyable article du journal Metro : http://www.metrofrance.com/info/addiction-au-sexe-la-maladie-taboue/pkle!0TGKxtRYrVPMTtgPU5@yA/

Le règne de l’amalgame où l’on mélange DSK le pervers et des porno-addict avec des gens à la sexualité « normale » comme Tiger Woods & David Duchovny… mais sexualité évidemment qualifiée d’ « anormale » dans une société qui prône la fidélité et le mariage.

On y parle aussi du film anglais Shame qui va bientôt sortir, et dont nous reparlerons évidemment bientôt*.

 

Réagissez en écrivant à Metro : alexandra.bogaert@publications-metro.fr autrice de cet édifiant article.

 

5ème chapitre : le labo du sexe de Masters et Johnson. Intéressant sauf qu’on y qualifie le Dr Kinsey (voir le film) de précurseur. Si Freud est cité, le nom de Wilhelm Reich n’y est jamais prononcé (ça vaut pour toute la revue), alors qu’il n’est d’ailleurs pas non plus un précurseur puisque ce titre revient à Charles Fourier pas plus évoqué dans une revue qui fait pourtant presque QUE dans l’Histoire.

Pour le reste, on comprend que les travaux de ces 2 chercheurs soient aujourd’hui aussi contestés par la société bourgeoise.

 

6ème chapitre : les féministes. On se demande ce que ces no-sex US, lesbiennes pires que nos féministes tricolore (« toute pénétration masculine est un viol » disent-elles), font dans cette revue consacrée au sex power. Là encore, on confond lesbianisme et féminisme comme plus haut zoophilie et masturbation.

 

7ème chapitre : le mariage. Chapitre bourgeois sans grand intérêt… sauf pour les bourgeois et embourgeoisés. On y parle évidemment de l’infidélité. Remarque intéressante de Savage : « Les hétéros ont imposé la monogamie aux hommes. Ce fut un désastre pour le mariage ». En gros, il explique qu’avant les hommes avait le droit d’être infidèles et que par égard pour les femmes et afin de rétablir l’égalité H/F, on a imposé la fidélité aux 2.

C’est totalement faux, une véritable vue de l’esprit et une analyse historiciste qui ne vaut que pour les USA puritain de la Nelle Angleterre… et encore. Encore un fatras de conneries des emplumés sur-diplômés qui ne nous apprends strictement rien, pour ne pas dire que c’est de la désinformation pure et simple. Y’a des fois où on se demande même si ils ne sont pas pire que les communistes. On y évoque quand même le GGG (rien à voir avec la firme pornographique allemande) : Good, Giving & Game (être un bon coup, généreux et prêt à tout essayer) dont les 2 derniers thèmes sont souvent digresser en client (riche) pour putes pour le 1er et en bi-sexuel et fétichiste pour le 2ème. Bref, le portrait beaucoup plus du play-boy US beau et con que du gig à la Richard Gere ; la version détestable que recouvre le mot « épicurien » utilisée dans les petites annonces par tout un tas de pétasses bourgeoises qui sont à 100.000 lieus de connaître la véritable signification de la philosophie du maître qui est bien plus proche de celle de son opposé (stoïcisme) que bien des gens l’imaginent.

 

Chapitre 8 : L’érotisme au Brésil et ses origines racistes : pas mal et probablement le chapitre le plus intéressant et instructif de l’ensemble… et évidemment moins d’une page contre… 6 pour le précédent.

 

Chapitre 9 : La Chine et la polygamie (en réalité la prostitution car c’est encore une fois à côté de la plaque)… chez les riches ; parce que chez les pauvres, avec la diminution du nombre de femmes. Mais ce n’est même pas évoqué.

 

Chapitre 10 : le Japon. L’abruti qui a rédigé l’article nous parle presque d’une sexualité radioactive depuis Fukushima. Probablement parce que ça fait bien avec une tasse de thé à la main dans une soirée bourgeoise.

 

Chapitre 11 : l’homosexualité en Iran. Pas un mot sur Freddy Mercury !

 

Chapitre 12 : l’homosexualité dans la Grèce ancienne. Très actuel !

 

Chapitre 13 : Le proxénétisme légal (autrement dit l’esclavage légal) au Canada. Un véritable scandale très rarement évoqué. Plus qu’instructif bien qu’aussi hors sujet.

 

Chapitre 14 : BD. Nulle !

 

Chapitre 15 : Cohn-Bendit dans les maternelles en Allemagne en 1969. Qu’en pense Bayrou ? Pas un mot non plus sur Otto Mühl.

 

Chapitre 16 : le viol… chez les animaux. Mais qu’est-ce que ça fout là, bordel ?

 

Chapitre 17 : la libération des femmes arabes… sauf qu’elles sont libanaises et chrétiennes.

 

Chapitre 18 : Summer of Love 1967. Enfin ! Vu sous l’angle des écrivains de l’époque… reniés (on nous explique pas pourquoi) par ceux d’aujourd’hui.

 

Bref, on reste plus que largement sur notre faim. 6.90 € de foutu en l’air pour moi, mais que je vous fais économiser à vous. Il serait temps que vous régliez votre cotise.

 

 

* http://actu.voila.fr/actualites/culture/2011/12/07/shame-ou-la-spirale-de-la-honte-d-un-prisonnier-du-sexe_1276766.html : au vu de ce qui en est dit, cela semble aussi un amalgame entre porno-addict, putes-addict d’une part,  et le  love sex d’autre part ; bref le « tirer son coup », qui n’a rien à voir avec le « faire l’amour ». A voir quand même pour en avoir le cœur net, mais il sort,  comme par hasard, en pleine période DSK et de promotion du no-sex, de la répression sexuelle tous azimut et de la qualification de « modérés » des pires intégrismes religieux.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article