Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

Roosevelt 2012 ?

21 Février 2012 , Rédigé par momo Publié dans #Actualités

Roosevelt 2012

 

 

http://www.metrofrance.com/presidentielle-2012/roosevelt-2012-les-six-propositions-phares/plbt!mDBg7UOSG7KdnpzqjRsg/

 

Étonnant qu’un journal que vous ne payez pas, tas d’abrutis et de radins, financé par la pub et le capital US et du Golfe persique, viennent nous parler d’un mouvement de ce type, non ?

 

Étonnant que Michel Rocard y apporte son soutien. Ce type est membre à la fois du Cercle de Bilderberg et de la Trilatérale. On est membre de l’un ou de l’autre, mais des 2… L’un des pires mondialistes qui soit.

 

http://www.roosevelt2012.fr/

 

Pas une fois le mot de protectionnisme n’est prononcé. Pas une fois le mot frontière douanière protectionniste n’est prononcé. Pire, pas une fois le mot mondialisme n’est prononcé dans ce fourre-tout à la con dont même les meilleures mesures sont évidemment inapplicables sans  barrières douanières protectionnistes.

Faut-il rappeler que Mitterrand à échoué dans sa relance de l’économie en 1981-82 dont la hausse du pouvoir d’achat de profita pas aux industries françaises, mais aux étrangères qui importaient chez nous. Hors, les frontières douanières existaient encore (c’était avant Maastricht). C’est dire, si un New Deal sans cela aujourd’hui est impensable. Tous les historiens savent qu’en 1932, le New Deal n’a été possible qu’accompagné de ces indispensables mesures.

 

http://www.solidariteetprogres.org/Franklin-Delano-Roosevelt-ou-comment-gagner-la-bataille-contre-Wall-Street_04461

 

Et l’intéressant est que ça vient de Jacques Cheminade, l’antenne française de Lyndon Larouche

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyndon_LaRouche

 

Un ultra-capitaliste… mais pas idiot au point d’être ultra-libéral.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

MKL 21/02/2012 13:57


Avez-vous vraiment lu les 15 réforme proposées ?


Voici la 9 :


Lutter contre les délocalisations


> imposer le respect des normes sociales et environnementales dans le commerce mondial en convoquant un nouveau Sommet de Philadelphie


En 1944, avant de convoquer le sommet de Bretton-Woods qui va reconstruire le système financier international, Roosevelt organisait le sommet de Philadelphie, qui adoptait comme priorité absolue
le respect d’un certain nombre de règles sociales : "le travail n’est pas une marchandise. (…) Il n’y aura pas de paix durable sans justice sociale" affirmaient Roosevelt et les autres chefs
d’état avant de définir des règles sur les salaires, le temps de travail et le partage entre salaires et dividendes…


Des règles très concrètes à respecter dans chaque pays comme dans le commerce mondial. Avant que les néolibéraux ne les démantèlent, ces
règles ont permis 30 ans de prospérité sans dette.


Alors que l’ensemble de notre planète est au bord du précipice et que les discours belliqueux et les risques de conflit se multiplient, il est urgent de convoquer un nouveau sommet de
Philadelphie. Aux logiques de dumping social, de recherche de bouc-émissaires et de conflit, il est urgent d’opposer un sursaut de coopération et de justice sociale.


Avant d’adhérer à l’OMC, la Chine a signé 22 conventions sociales à l’Organisation Internationale du Travail 1 mais elle
n’en respecte quasiment aucune ce qui est très préjudiciables autant pour son peuple (des centaines de millions de Chinois pourraient bénéficier de conditions de vie beaucoup plus décentes) que
pour son économie (vu la faiblesse du salaire moyen, la consommation intérieure ne représente que 28 % du PIB contre 60 % en Inde ou en Europe, ce qui explique l’instabilité de l’économie
chinoise et sa très grande dépendance aux exportations et à l’investissement) et pour les autres peuples de la planète qui voient une partie de leur production industrielle partir vers la Chine.





Evolution des coûts salariaux en Chine par rapport au reste du monde


L’adhésion de la Chine à l’OMC n’aurait pas été possible si elle n’avait pas signé ces Conventions sociales. En participant à un nouveau Sommet de Philadelphie, la Chine et les autres pays à très
faibles salaires peuvent éviter la mise en œuvre de mesures immédiates de protectionnisme en Europe et aux États-Unis mais doivent très clairement s’engager à respecter enfin les normes
sociales et les normes écologiques qu’ils ont signées avant d’adhérer à l’OMC.


L’Europe doit annoncer que, si tel n’est pas le cas, elle établira d’ici 4 ans des taxes aux frontières qui permettront de rétablir les conditions d’un échange juste.


L’Europe est le 1er client de la Chine. Quand on est le 1er client d’un pays, on a une vraie capacité de négociation 2. La
question, là aussi, est celle de la volonté politique 3 et de l’organisation politique de l’Europe (on reviendra plus loin
sur ce point crucial). Il n’y a aucune fatalité à laisser la mondialisation sans règle sociale ni écologique. Pendant 40 ans, l’Europe a été un espace de régulation et la mondialisation a
fonctionné avec des règles sociales. Si l’on veut éviter un effondrement de nos économies et le développement de logiques guerrières, il est urgent de faire revivre, très concrètement, l’esprit
de Philadelphie.



1 La Chine a signé les Conventions sur la semaine de 44 heures, sur la journée de 8 heures, sur le droit à un salaire décent, le droit à
un logement décent…


2 Notre capacité de négociation est d’autant plus forte que la croissance de la Chine diminue assez nettement depuis quelques mois. Elle a
absolument besoin de garder le «marché européen».


3 Quand un de nos leaders va en Chine, est-ce pour rapporter quelques marchés pour Bouygues, Alsthom ou Areva ou est-ce pour agir en
faveur des droits sociaux et des droits fondamentaux ?

momo 21/02/2012 17:03



Vous êtes vraiment d'une naïveté incroyable. Vous croyez vraiment que si la Chine ne s'engage pas sur des normes sociales équivalentes aux nôtres, l'Europe décidera d'un retour au
protectionnisme.


A quoi cela sert de faire un nouveau parti, si c'est pour faire confiance à ceux-là même qui nous ont tant déçus.