Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

La presse lèche-cul se rebiffe (2)

11 Janvier 2010 , Rédigé par momo Publié dans #Politique

La presse lèche-cul se rebiffe (2)

 

Juste 4 mots à rajouter à l’article de la semaine passée :

 

On n’a effectivement observé aucun pic caractéristique dans le stats journalières d’audience (rappelons que les stats considèrent une page comme visitée si un lecteur est resté plus de 30’’ dessus). Ce qui veut dire que lorsqu’elle écrit : « Figurez-vous que j'ai effectivement déjà consulté votre blog, par conscience professionnelle… » en plus elle ment. Elle n’a dû se contenter que de la page de garde. Si on ne lit que 3 pages de Camus, il y a bien des chance qu’une quelconque abrutie arrive aux mêmes conclusions. Et ça se dit journaliste…

 

Notre Blog, depuis son début, illustre souvent sa page Actualités (et pas seulement celle-ci) d’articles du Parisien ; et si cette conne avait réellement consulté notre Blog, s’en serait aperçu et aurait également remarqué que c’est bien plus souvent à l’avantage de ce journal que le contraire. Il a, en effet, au moins le mérite de parler de faits-divers (bien qu’il faut savoir traduire « jeunes » par XXX, entre autres) que les autres occultent totalement. Comment peut-on mentir à ce point ?

 

Même dans les pays totalitaires on trouve une presse qui élève (ou essaye) le niveau de la masse un tant soi peut.

Certes, c’est dans une direction donnée, par exemple le marxisme-léninisme, mais c’est une idéologie fort complexe qui nécessite pour en faire passer la compréhension et l’acceptation, l’acquisition d’un bon niveau intellectuel. Malgré l’abjection que nous avons pour cette idéologie criminogène et fasciste, il est un fait que c’est justement cette élévation intellectuelle de la masse qui permit le renversement d’un certain nombre de ces régimes par la masse elle-même, et sans la moindre aide extérieure.

Tel n’est pas le cas du Parisien qui vise l’objectif inverse, l’abaissement du niveau de la masse. Une élévation du niveau amènerait sa clientèle à découvrir de meilleurs journaux.

Et on en constate les résultats au niveau politique avec le fait qu’un nouveau mai 68 apparaît comme de moins en moins possible vu le crétinisme grandissant et entretenu de la masse par cette médiacratie dans laquelle le Parisien a une place de choix.

Des gens qui s’ils ne comprennent pas ce que j’écris pourtant rédiger en langage populaire pour être compris, même des cons ; auront bien du mal à comprendre Camus, bien plus complexe que moi. Et si des journalistes n’entravent rien à Camus, qu’ils changent de métier au lieu de le polluer et de le discréditer, car c’est probablement l’un des plus beaux et passionnant métier du monde.

Pour en revenir à Camus, il était plutôt de Gauche mais viscéralement contre le fascisme. Que ce soit celui de l’OAS comme celui du PCF. Avec, pour répondre par là-même à un commentateur qui nous reproche (à tord) d’avoir un penchant pour l’extrême-droite, cette particularité de refuser l’obligation d’adhérer à un fascisme (le communisme) pour lutter contre celui d’en face. Nous : c’est pareil ! Sauf que c’est l’inverse : lutter contre le fascisme communiste, mais en refusant d’adhérer au fascisme catholique ou gnostique du FN pour autant.

N’ayant évidemment pas lu Camus, pour le Parisien, tout cela n’est que délire paranoïaque et il faut se faire soigner. Le même discours fut tenu en URSS avec les hôpitaux psychiatriques pour dissidents.

Méfiance ! Lorsque des journalistes tiennent le discours que j’ai reçu ; et censurent, occultent ce que notre Mouvement a fait au printemps dernier dans le 60, la dictature n’est pas loin.

Et il serait bon que le nombre de commentaires de soutien de votre part face à ces attaques s’élève un peu en nombre, contrairement à ce qui s’est passé lors des attaques de la secte du FN, car dans le cas contraire, votre abstention est un quitus donné aux agresseurs et au fascisme.

 

Et parler de fascisme n’est pas un vain mot car ce journaleux qui n’arrive pas à faire son méa-culpa nous envoie ce nouveau courriel où les menaces sont maintenant plus que visibles (raison pour laquelle, non seulement nous ne diffusons pas son nom… mais où nous nous devons plus que jamais rester anonyme. Et ce n’est pas par lâcheté, pourquoi les maquisards restaient-ils donc dans la clandestinité ? Voilà le texte des gens chargés de nous informer :

 

  Cher monsieur, pourquoi donc vouloir à tout prix que notre "torchon" diffuse vos "informations" ou votre "campagne"? Si nous sommes si mauvais que vous semblez le pensez, quelle est la raison de votre entêtement �� vouloir figurer en bonne place dans notre canard "au si bas niveau"? S'agirait-il d'un masochisme pas totalement assumé? 

J'ai plutôt l'impression que tel un enfant contrarié parce que l'adulte n'a pas cédé à son caprice, vous nous faîtes une petite colère de frustration. "Bouh, les méchants journalistes n'ont pas passé mes supers infos! Je vais leur dire leurs quatres vérités en étant très méchant et en invoquant plein de personnages illustres et de grandes causes en pièce jointe pour bien montrer que moi, je suis quelqu'un de super concerné dont l'opinion doit forcément être diffusé auprès de la masse ignorante!"  

 

Las, "le valet du totalitarisme systématique" (un peu long à mettre sur une carte de visite) se doit de vous faire une révélation: vous n'êtes pas le centre du monde et il se passe ici bas bien des choses plus graves ou plus intéressantes que vos micros-révoltes ou mouvements d'humeur. Mais je dois sûrement me fourvoyer puisque vous semblez être un expert des médias et que vous donnez des leçons de journalisme probablement basées sur une longue expérience de ce métier. Permettez-moi toutefois de contester un autre de vos péremptoires jugements. Les suppressions d'emplois n'ont absolument rien à voir avec le fait de faire ou pas correctement son travail. Parlez-en avec les nombreux salariés qui perdent chaque jour leur travail, souvent après avoir donné le meilleur d'eux mêmes pendant des années. Vous conviendrez que la réalité économique est bien plus complexe que ce raccourci entre travail mal fait et licenciement. Pourquoi en serait-il autrement dans la presse? 

Tenez, puisque nous ne répondons pas à vos aspirations, lancez-donc votre propre journal et voyons combien de personnes vous pourrez mobiliser et fidéliser autour de vos thématiques. J'ai toujours beaucoup de sympathie pour les trublions ou les iconoclastes qui refusent les idées reçues et ne se résignent pas à rentrer dans le rang...à condition que leur combat ne les rende pas encore plus intolérants que le système qu'ils prétendent dénoncer...

 

PS:il ne semble pas opportun  diffuser cet échange de mails sur votre blog puisqu'il relève de la correspondance privée, laquelle ne peut être l'objet de publication sans l'assentissement express des auteurs, mais l'expert que vous être le savait certainement déjà.            

 

Voilà donc les réactions de l’ « adulte » (pas très adulte manifestement) qui se plaint de l’enfant qui lui donne des leçons, du pervers professeur pris en flag par un de ses élèves, justifiées puisqu’il ne répond pas sur le fond mais seulement sur la forme… une tactique de faux-cul bien connue.

En tout cas, qu’il puisse y avoir des « politiques » qui ne le lui lèche pas, outre qu’il n’en a pas manifestement pas l’habitude, semble par ailleurs salement l’indisposer vu sa diarrhée psy de supermarché.

Vous constaterez aussi que la catastrophe climatique due à la surpopulation que nous sommes presque les seuls a dénoncer ne sont que « micros-révoltes ou mouvements d'humeur », qu’il y a « ici bas bien des choses plus graves ou plus intéressantes ». On voit difficilement ce qu’il peut y avoir de plus grave… que la fin du monde, alors que la très grande majorité des scientifiques le confirme (encore des paranoïaques probablement). Ça montre surtout qu’il n’a toujours pas lu le Blog.

 

« Parlez-en avec les nombreux salariés qui perdent chaque jour leur travail, souvent après avoir donné le meilleur d'eux mêmes pendant des années ». Une preuve de plus qu’il n’a pas lu le Blog… et notamment le chapitre sur Lafargue… qui dit et constate exactement cela… et explique pourquoi, ce que ce crétin n’a pas lu non plus. Grave pour un Mossieur qui doit être syndicaliste. Tout syndicaliste digne de ce nom devrait avoir lu Lafargue.

 

« vous nous faîtes une petite colère de frustration ». Rien à battre non plus puisque ce n’est qu’une preuve de plus (mais qu’il ne faut surtout pas que la masse ignorante le sache : «  il ne semble pas opportun  diffuser cet échange de mails sur votre blog » ; quel pourri ! quel hypocrite ! quel fumier ! Je vous laisse juge, chers lecteurs) de ce que sont les médias de masses dans ce pays. Pas une frustration, mais la satisfaction de constater que je ne suis manifestement pas paranoïaque. Si il y a frustration, elle ne se trouve pas là, car si la masse du public est maintenue dans l’ignorance comme il le reconnaît sous couvert d’une fausse ironie ; il y a par contre une toute petite partie du public qui est au courant, qui lit ce Blog, et fait preuve d’une neutralité pour ne pas dire de lâcheté, comme on l’a vu en septembre dernier ; et ça, oui je l’avoue, provoque colère et frustration. Mais certainement pas la diarrhée de ce sous-plumitif vendu.

 

 Rien du tout également, et à nouveau sur la « campagne Oise »… et pour cause… mais il dit ceci : « quelle est la raison de votre entêtement �� vouloir figurer en bonne place dans notre canard "au si bas niveau"? ».

 

Aucune, mon pote. On a simplement envoyé plusieurs communiqués de presse successifs tout au long de cette campagne. Point ! Et constater qu’aucun journal du 60 n’a publié ou même parlé de notre campagne.

Une campagne pour eux sans intérêts alors que c’est le discours évoqué dans cette campagne qui est repris dans le rapport Attali et la commission Balladur (et dont nous sommes à l’origine des 2 qui plus est). Une campagne pour expliquer aux gens ce qu’impliquerait le maintien des départements. Un discours que même Sarkosy a, un tant tenu… mais renoncé du fait de l’hostilité de masses manipulées par des torchons comme le Parisien.

 

 

Mais pour ta gouverne, le journal « Challenge »…

 

  Sans titre

 

(Une fois de plus, on vous re-propose le pdf du N° de « Challenge » que ce pervers du Parisien n’a même pas du lire.)

 

 

…s’il n’a pas eu connaissance de notre campagne (et réciproquement, on ne l’a découvert qu’au début de l’été), a abordé le thème en question… ce qui n’a pas été le cas du Parisien (60) qui s’est au contraire fendu presque chaque jour de la retransmission de la propagande des élus voulant garder leurs privilèges.

 

Comme quoi, la presse, c’est pas tous des cons heureusement… mais certains ne valent franchement pas mieux que leurs collègues de la presse officielle russe, iranienne ou chinoise.

Et c’est manifestement le cas de mec.

 

Alors colle-moi le ton procès, (tu parles d’une diffamation vis-à-vis de tiers : 1500 visiteurs /mois, dont la moitié sont les mêmes qui viennent chaque semaines ; ce qui donne un chiffre de « tiers » de 400 tout au plus) quelque soit le résultat, il aura au moins le mérite, ce procès, de faire monter l’audience par la pub qu’il me rapportera.

 

Mais nous faisons remarquer au public (restreint) qui nous lit que ce fumier pourrait bien faire interdire ce Blog si vous ne bougez pas, ne nous soutenez pas.

Vous avez déjà fait preuve d’une stupéfiante neutralité, pour ne pas dire lâcheté lors des attaques de la secte FN en septembre. Il serait temps, cette fois, de vous mobiliser.

 

En tout cas, si vous refuser de nous soutenir, profitez de ce blog, copier-le en intégral, car il n’exitera peut-être plus la semaine prochaine… comme cela est arrivé À nombre de bloggeurs en russie, en chine et en iran.

 

Bien sur, comme dans ces pays, il dira que c’est la Loi et qu’il se contente de l’appliquer. Y’en a plein qui ont aussi dit la même chose à l’époque de Vichy.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article