Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

La conquête de l’Espace (17)

20 Novembre 2012 , Rédigé par momo Publié dans #Conquête de l'Espace

La conquête de l’Espace (17)

 

 

 

La course à la fusée à longue portée et à charge nucléaire (3)

 

 

1951

 

Une année toujours marquée par l’ « effort » que demande la guerre de Corée et qui impose un ralentissement à la conquête spatiale : 10 tirs US comme en 1950 contre 28 en 1949. Pour l’URSS : 25 tirs contre 10 en 1950 aussi et 31 en 1949. Manifestement, l’URSS semble « digérer » l’effort de guerre plus facilement que les USA.

Il est vrai que les programmes militaires américains sont d’une autre ampleur dans d’autres domaines que ceux de l’URSS à la traîne sauf pour le remarquable MiG 15. Car les USA mettent au point en cette période des avions formidables comme les B-36 et B-47, seuls vecteurs à cette époque rappelons-le, pour la bombe A.  Enfin, après l’abandon du chantier du porte-avions géant United States qui devait embarquer des quadrimoteurs de bombardement nucléaire, les USA s’apprêtent à mettre en chantier la grande classe de porte-avions Forrestal. Les classes Essex et Midway recevront 2 modifications successives, l’une pour embarquer les 1ers avions à réactions, l’autre pour se doter d’un pont oblique, une invention anglaise. Ces matériels étant appelés à opérer en Corée tout en maintenant la suprématie de la jeune OTAN dans l’Atlantique reçoivent la priorité sur la conquête spatiale, même militaire.

 

1-1951

2-1951    

5-1951

6-1951

7-1951 

 8-1951

9-1951

 

http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Lockheed_X-7 : 1er missile AS (Air-Surface) supersonique, est testé pour la 1ère fois en 1951.

 

Pour en revenir aux tirs de cette année :

 

USA : 10 tirs donc dont 6 échecs, un record.

6 V-2 (4 échecs), tous tirés de White Sands LC-33, 2 pour la Navy, 4 pour l’Army dont 2 (qui seront des échecs) pour le projet scientifique Blossom IV-F

3 Aerobee dont, rare pour cette excellente fusée, 2 échecs. 2 tirées depuis Holloman LC-A et 1 depuis White Sands LC-35 pour un programme de recherche en communications de l’Air Force

Et enfin 1 unique Viking, un succès, tirée depuis White Sands LC-33 par le constructeur lui-même (Glen Martin) pour le labo de recherche de la Navy. C’est d’ailleurs le 1er vrai succès d’une Viking qui atteint 219 km. Mais c’est toujours à peine plus que la V 2, celle tirée le 22/8 fait presque le même score, ce qui constitue d’ailleurs la meilleure performance obtenue par cette fusée à ce jour.

 

 

URSS : 25 tirs donc dont 1 seul échec, ce qui démontre la maîtrise atteinte par les soviétiques, tous tirés depuis Kapustin Yar, tous pour l’OKB-1 de Korolev.

 

16 R-1 militaires auxquelles se rajoutent 2 R-1V et 4 R-1B scientifiques. La R-1V du 22/7 emmène 2 chiens (Dezik et Zhegan) qui survivent à l’atterrissage et deviennent les 1ers mammifères à revenir vivants de l’espace.

 

Dezik and Tsygan

Les 2 chiens dans leur capsule, sensiblement plus confortable que celle d’Albert VI (voir plus bas).

 

 

lossy-page1-775px-Dezik and Tsygan launch 1951-07-22 tif

Le plan de vol des 2 premiers mammifères à avoir été dans l’Espace et en être revenus vivants.

 

Rocket R-1

La R-1V sur son pad de tir (rappelons que le B en cyrillique est un V en alphabet latin)

 

 

Le 29/7, une R-1B retente l’exploit mais la capsule ne se détache pas et s’écrase avec la fusée à l’impact. Evidemment, inutile de vous dire que les clebs n’ont pas survécus.

Lire : http://wikipedia.qwika.com/en2fr/Russian_space_dogs

 

3 R-2, toutes militaires sont également tirées avec succès.

 

L’année 1951 peut donc être considérée comme la 1ère d’une succession ininterrompue de 1ères pour l’URSS qui dureront jusqu’en 1966.

 

Les USA essaye depuis 1948 d’envoyer des singes dans l’Espace par le biais de V 2. L’absence de capsule détachable et récupérable condamne systématiquement les singes à mort. Albert I n’atteint même pas l’Espace et meurt par « surchauffe » le 11/6/48. Albert II atteint l’Espace mais meurt à l’impact au retour le 14/6/49 ce qui permet aux américains de dire qu’ils ont envoyé le 1er primate dans l’Espace. Le 16/9/49, Albert III explose avec sa V 2 lors de la phase d’ascension. Le 8/12/49, Albert IV subit le même sort qu’Albert II.

En 1951, les USA vont désormais utiliser l’Aerobee pour les vols « habités ». Leur incapacité à mettre au point une capsule détachable et récupérable dicte ce choix. C’est l’Aerobee toute entière qu’ils vont tenter de récupérer. Plus légère que la V 2 et vide de carburant, elle reste néanmoins lourde pour le parachute et la descente est rapide et l’arrivée au sol brutale. Le 18/4/51, Albert V meurt dans le choc à l’arrivée, le parachute ne s’étant même pas ouvert. Albert VI aura à peine plus de chance le 20/9/51, le parachute s’ouvre mais la rudesse du choc fait qu’il meure 2 heures après. Les américains ne peuvent même pas clamer une ½ victoire car la fusée n’a atteint que 70 km, bien en-dessous de la ligne Karman communément admise comme la frontière de l’Espace. En outre, on a peine à imaginer les conditions de vie du singe dans la minuscule Aerobee*.

 

Quelques sites et des infos sur les R-1 & R-2 de Korolev :

http://www.energia.ru/ru/history/systems/rockets/r1.html

http://www.russianspaceweb.com/r1.html

http://www.russianspaceweb.com/r2.html

http://www.astronautix.com/lvs/r1.htm

http://www.astronautix.com/lvs/r2.htm

 

Et les moteurs des R-1 & R-2 : les RD-100 et RD-101 de Glouchko :

http://www.astronautix.com/engines/rd100.htm

http://www.astronautix.com/engines/rd101.htm

 

 

singe

 

Une photo d’Albert VI peut après son « retour » et peut avant son décès. C’est forcément lui puisque Albert V s’est écrasé et que le vol suivant (en 1952) comprendra 2 singes. Après, on ne refera des lancés de singes qu’en 1958 avec la fusée Jupiter C… et une capsule détachable et récupérable.

Noter le commentaire de l’époque, mensonger (« anesthésié » alors qu’il est en train de mourir, ce que l’on nous cache) de l’Army dans cette publication française de 1964 (Sciences et Vie pour ne pas la nommée) dont le journaliste ne s’est pas fait chier en traduisant la publication US de l’époque sans faire de vérification.

 

*les tirs en question ne figurent pas dans les tableaux de l’année 1951 où il est manifeste qu’il y a des manques et des trous dans ces tableaux. J’en averti le site en question. Il y a donc eu au moins 5 Aerobee de tirées et non pas 3.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article