Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog poilagratter

L’affaire Bettencourt

8 Juillet 2010 , Rédigé par momo Publié dans #Sociétal

L’affaire Bettencourt.

 

Une parfaite illustration de la nouvelle série d’articles consacrée à :

La pire des bourgeoisies : la bourgeoisie française (1).

 

Lu dans la presse à propos de cette affaire qui oppose la fille et héritière à la mère et à son pygmalion d’artiste : « C’est Dallas ! ». Référence au célèbre feuilleton télé US des années 80.

Ces journalistes n’ont pas du voir beaucoup d’épisodes, car le comparatif est des plus mal choisi.

 

Ce qui caractérise la bourgeoisie US comme l’illustre parfaitement ce feuilleton, c’est le culte de l’argent gagné… par le travail. Même l’héritage doit se mériter. On ne voit nulle personne dans le feuilleton en question n’être qu’oisif et ne faire que profiter d’un argent gagné par le mari ou le père. Chaque personnes, même les moins doués, vont s’efforcer de gagner quelque chose, histoire de dire qu’au moins une partie de son argent a été gagné par elle-même.

C’est ce qui caractérise la mentalité protestante anglo-saxonne, germanique, néerlandaise, scandinave, etc…

Rien de cela avec la fille Bettencourt qui accuse sa mère de dilapider une partie importante de son futur héritage… dont elle n’a pas participé à gagner le moindre centime.

Un procès totalement impensable aux USA ! Non seulement, il ne viendrait même pas à l’idée d’une héritière d’intenter un tel procès, mais il est même douteux qu’un Juge déclare la plainte recevable.

Ce que l’on voit plutôt est une critique d’héritière dépensière (Paris Hilton par exemple). Aux USA, une personne riche peut faire ce qu’elle veut de sa fortune si elle l’a gagnée. Fréquemment une partie est donnée aux œuvres. Ça procure des déductions fiscales… comme en France ; mais dans ce dernier pays, cela reste marginal. On préfère trahir son pays et aller s’installer dans des paradis fiscaux.

 

Une chose est sure, même si les « œuvres » de l’artiste ne méritent pas un mécénat d’un million d’€, lui, il a produit quelque chose, lui. Ce qui n’est pas le cas de la fille.

 

Le plus incroyable, c’est que ce que vous venez de lire, vous ne le lirez dans AUCUN journal de Gauche comme de Droite. Que ce soit les bling-bling type Sarko ou la gôche-caviar type Sego, PERSONNE non plus pour mettre en cause cette caractéristique typique, parasitaire et même mafieuse de maquereaux de luxe qu’est la bourgeoisie française copiée par celle de la françafrique qui lui emboîte le pas et suit l’exemple.

Pas étonnant que l’on suive aussi ce même exemple dans les cités.

 

C’est aussi une des raisons qui nous poussent à rédiger l’article et l’appel suivant.  

 

 

 

Une parfaite illustration de la nouvelle série d’articles consacrée à :

La pire des bourgeoisies : la bourgeoisie française (1).

 

Lu dans la presse à propos de cette affaire qui oppose la fille et héritière à la mère et à son pygmalion d’artiste : « C’est Dallas ! ». Référence au célèbre feuilleton télé US des années 80.

Ces journalistes n’ont pas du voir beaucoup d’épisodes, car le comparatif est des plus mal choisi.

 

Ce qui caractérise la bourgeoisie US comme l’illustre parfaitement ce feuilleton, c’est le culte de l’argent gagné… par le travail. Même l’héritage doit se mériter. On ne voit nulle personne dans le feuilleton en question n’être qu’oisif et ne faire que profiter d’un argent gagné par le mari ou le père. Chaque personnes, même les moins doués, vont s’efforcer de gagner quelque chose, histoire de dire qu’au moins une partie de son argent a été gagné par elle-même.

C’est ce qui caractérise la mentalité protestante anglo-saxonne, germanique, néerlandaise, scandinave, etc…

Rien de cela avec la fille Bettencourt qui accuse sa mère de dilapider une partie importante de son futur héritage… dont elle n’a pas participé à gagner le moindre centime.

Un procès totalement impensable aux USA ! Non seulement, il ne viendrait même pas à l’idée d’une héritière d’intenter un tel procès, mais il est même douteux qu’un Juge déclare la plainte recevable.

Ce que l’on voit plutôt est une critique d’héritière dépensière (Paris Hilton par exemple). Aux USA, une personne riche peut faire ce qu’elle veut de sa fortune si elle l’a gagnée. Fréquemment une partie est donnée aux œuvres. Ça procure des déductions fiscales… comme en France ; mais dans ce dernier pays, cela reste marginal. On préfère trahir son pays et aller s’installer dans des paradis fiscaux.

 

Une chose est sure, même si les « œuvres » de l’artiste ne méritent pas un mécénat d’un million d’€, lui, il a produit quelque chose, lui. Ce qui n’est pas le cas de la fille.

 

Le plus incroyable, c’est que ce que vous venez de lire, vous ne le lirez dans AUCUN journal de Gauche comme de Droite. Que ce soit les bling-bling type Sarko ou la gôche-caviar type Sego, PERSONNE non plus pour mettre en cause cette caractéristique typique, parasitaire et même mafieuse de maquereaux de luxe qu’est la bourgeoisie française copiée par celle de la françafrique qui lui emboîte le pas et suit l’exemple.

Pas étonnant que l’on suive aussi ce même exemple dans les cités.

 

C’est aussi une des raisons qui nous poussent à rédiger l’article et l’appel suivant.  

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article