Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

La pornographie

2 Juillet 2007 , Rédigé par momo Publié dans #Sociétal

 

La pornographie

 

 

 

 

Voila un gros « truc » qui ne va pas être facile de résumer sur une page de Blog.

 

 

Et pourtant, va falloir se taper l’exercice.

 

 

 

 

La liste des aspects négatifs de la pornographie est fort longue, bien connue et développée par ailleurs : en résumé

 

 

·        Montrer la sexualité sous son aspect uniquement mécaniste excluant les sentiments et même l’érotisme. Sacha Guitry écrivait : « l’érotisme va tuer l’amour, et la pornographie tuera l’érotisme ». On n’approuve pas la 1ère partie de la phrase, mais la 2ème s’est révélée particulièrement prophétique.

 

 

·        Le résultat sur les jeunes est catastrophique. Le refrain (censuré à l’époque) de la chanson de Brel Ces Gens Là l’évoque : « Il faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens là, on ne baise plus Monsieur… on tronche. » Les jeunes ne savent plus faire l’Amour… parce qu’il n’ont appris, par la pornographie, que la nique.

 

 

·        Ce qui nous amène évidemment à la critique de la loi sur la pornographie faites par les puritains qui a évidemment abouti aux résultats inverses de ceux attendus comme c’est le cas pour toute prohibition. Comme ce fut le cas pour l’alcool aux USA, cette loi française devra être rapportée.

 

 

·        La pornographie apparaît à la fin des années 70 au moment où l’on va rentrer dans l’ère Madonna, c'est-à-dire au moment où la révolution sexuelle, d’anti-bourgeoise et anti-capitaliste (mais aussi anti-communiste dans les pays de l’Est) est récupérée par le capitalisme dans le sexe consumériste. Disco, Club Méditerranée (qui n’avait rien à voir avec ce que c’est devenu aujourd’hui, le film les bronzés, l’évoque… avec une différence : dans le film on ne voit qu’une dizaine de personnes ; la réalité c’était des centaines, l’usine à baise) & Pornographie caractérisent cette époque que l’on peut rétrospectivement qualifier d’ère de baise industrielle. Une époque inouïe pour ceux qui ont eu la chance de la vivre. Inévitablement cela devait provoquer un retour de bâton, la sexuelle-répression que l’on subit depuis 1992-94.

 

 

·        La pornographie ne s’adresse qu’à 2 sens : la vue et secondairement l’ouie. L’érotisme est sollicité par les 5 sens. La pornographie exclue le toucher, l’odeur et le goût. A cet égard, la pornographie actionne les mêmes sens que le cinéma de violence, gore, etc… et abouti à des sensations et fantasmes contigus qui rajouté à l’absence de sentiments du cinéma X, induit une sexualité de rapport de force, celle-là même dénoncée par les féministes communistes (voir plus bas). 

 

 

 

 

Ceci dit, on ne saurait nier aussi les côtés positifs de la pornographie. Son interdiction en URSS a produit des cas pathologiques pires que ceux produits par sa libéralisation en Occident (lire le livre du Dr. Mikhaïl Stern sur le sujet : La vie sexuelle en URSS, chez Albin Michel, 1979). Elle a permis une éducation sexuelle, par défaut, là où il n’y en avait aucune ; elle a permis la démocratisation et la désatanisation de certaines pratiques interdites par les religions ; les homosexuels n’auraient pas la place qui est aujourd’hui la leur sans la pornographie, etc…

 

 

Voila bien le sens du discours de Marcela Iacub sur la pornographie, devenue aujourd’hui la féministe de pointe française.

 

 

Hors, certains ne l’entendent pas de cette oreille. Les communistes notamment ! Après avoir infiltrer les mouvements féministes issus de 68, leur avoir fait avaliser le port du voile et avoir minoré mai 68 et la révolution sexuelle à « 3 p’tit tours et puis s’en vont », voila qu’elles affirment que la sexualité elle-même est anti-féministe et le lieu du pouvoir masculin (ce qui n’est vrai, comme on l’a vu plus haut, que pour la sexualité induite par la pornographie).

 

 

Rien d’étonnant à les entendre dire que Marcela est de droite… et même fasciste.

 

 

De droite, ça laisse rêveur ; fasciste, c’est hallucinant ! (doivent être pliés en 4 au FN en apprenant que Marcela se fait traiter de fasciste)

 

 

D’origine juive, ses parents quittèrent l’Allemagne nazie pour se réfugier en Argentine et elle-même fuira la dictature Videla pour gagner la France.

 

 

Seulement voila, l’Argentine est un cas à part. Eva Perón ou pas, cela a toujours été contre Washington sans Moscou (soit le même discours que le notre). Jamais invitée chez les soi-disant non-alignés, car de toutes façons le « sans Moscou » était remplacé par avec Belgrade, Pékin, Hanoï ou La Havane, c'est-à-dire toujours le communisme.

 

 

Partout où les communistes s’infiltrent, c’est pour absorber, digérer, puis régurgiter complètement dénaturé tout ce qu’ils touchent ?

 

 

Il en fut ainsi :

 

 

·        de l’écologie en faisant disparaître toutes références à la surpopulation mondiale

 

 

·        avec le nucléaire non producteur de CO2 en lui substituant les bio-carburants, cette fausse bonne idée (voir l’article qui y est consacré)

 

 

·        avec le féminisme en y supprimant l’association libération de la femme - libération sexuelle

 

 

·        avec la pornographie, parce que le communisme est plus puritain encore que le capitalisme (et autant que les religions) et parce que la pornographie a participé à la destruction de l’URSS par l’intérieur.

 

 

Et maintenant, c’est le tour du combat anti-épilation qui n’est plus perçu que comme une annexe de la lutte communiste contre la pornographie, alors que c’est la pornographie qui n’est qu’une annexe négative, sous certains aspect, de la lutte anti-épilation.

 

 

 

 

Sous certains aspects en effet. Il existe, par exemple un rayon « poils » en plein développement dans cette industrie. Et c’est logique puisqu’il n’y a pratiquement plus que là que l’on peut voir des femmes à poils (si l’on ose dire). Ce serait assez rigolo de voir la pornographie dans un proche avenir sauver les poils alors que les communistes l’accusent aujourd’hui du contraire.

 

 

Seuls les communistes voient des « fascistes » partout. Traiter Iacub de fasciste est révélateur.

 

 

La pornographie est en effet l’un des rares endroits où, a part nous, on peut entendre (ou plutôt voir) un discours pro-poil. Le petit site H2S créé par Pamela Winter aux USA a fait des petits depuis ces débuts en 1996 (www.hairtostay.com).

 

 

 

 

La critique communiste de la Loi X taxant la pornographie n’est pas non plus sans ambiguïté.

 

 

1.      Dire qu’il ne peut plus y avoir de films de qualité où on voit un acte sexuel non simulé est abusif. La nullité des films de Catherine Breillat qui réussie à passer à travers cette censure le montre amplement.

 

 

2.      Emmanuelle (1973), d’avant la loi, où les relation sexuelles sont simulées, n’a pas empêcher Sylvia Kristel de subir plus que Brigitte Lahaie.

 

 

3.       Il n’y a pas que les mafias qui touchent du fric de la pornographie. L’Etat proxénète aussi, et notamment ses fonctionnaires communistes.

 

 

 

 

Même l’accusation que la pornographie formate, conditionne les fantasmes est contestable.

 

 

Il y a longtemps que la pornographie ne produit plus seulement des films de luxe, quasi soft, à la Marc Dorcel. Le client est roi et c’est ce dernier (quasi exclusivement des hommes, il est vrai) qui incite cette industrie a devenir de + en + diversifiée en fonction de la multiplicité des fantasmes justement… et à révéler à une partie du public encore ignorant l’existence de certains fantasmes qu’il n’aurait jamais connu autrement. Certes, la tendance est de + en + à un hard de + en + hard, c’est vrai, car parmi les clients les pervers s’expriment et font jouer la loi de l’offre et de la demande. C’est une des raisons qui milite, selon nous, pour l’abrogation de la loi. Les pervers deviendraient minoritaires et ne feraient plus la loi sur le marché. Enfin les fantasmes féminins pourraient enfin y trouver leur place (et y sont pas piqués des miquettes, quel dommage de devoir s’en priver).

 

 

Après tout, la peinture, comme la pornographie, ne s’adresse pas au 5 sens. Il n’y a même pas l’ouie ! Une enquête récente révèle que les visionneurs de film pornos regardent d’abord le visage des actrices… comme pour les peintures.

 

 

Enfin, accuser la pornographie de générer, seule, la mode de l’épilation intégrale est là-aussi abusive. Pourquoi ne pas aussi en accuser les clubs naturistes ? Une étude sérieuse reste encore à faire là-dessus, notamment sur le rôle de l’Islam, des tatouages, etc…

 

 

D’ailleurs, si ce n’est qu’une mode des jeunes, elle ne durera pas 10 ans. Les jeunes d’aujourd’hui seront les vieux (et les ringards) de demain, et les jeunes de demain feront évidemment le contraire. C’est ce qui fait la différence entre une mode (comme l’épilation masculine ou les tatouages), par définition temporaire ; et une norme comme l’épilation féminine. La normatif touche au visible en public (aisselles en été, jambes en robe ou jupe, maillot à la plage, visage (moustache, sourcils) toute l’année), pas au non visible en public (sauf club naturistes) comme l’épilation intégrale qui relève d’autres stimulais, plus rarement de contraintes conscientes ou inconscientes.

 

 

 

 

Pour en revenir à Marcela Iacub, elle est comme nous, quelqu’un de gauche qui essaye de remettre la tête de la gauche à l’endroit (notamment en matière de libération sexuelle – libération de la femme) dans un pays majoritairement de gauche qui est obligé de voter à droite à cause des communistes.

 

 

La seule manière pour la gauche de revenir au pouvoir est de se transformée en gauche décomplexée pour battre cette droite décomplexée. Décomplexée des diktats communistes !

 

 

Si c’est ça être fasciste, alors Heil Hitler !

 

 

Le problème des communistes, c’est que c’est une religion… athée (qui à cet égard ne rend pas service au véritable athéisme… anticlérical) ; et comme toute religion, ne voit les choses qu’en noir et blanc alors que les choses ne sont qu’en gris, plus ou moins clair, plus ou moins sombre. Même en photo N&B, le noir et le blanc n’existent qu’en théorie.

 

 

Si vous lisez une critique de la pornographie où ne sont évoqué que les aspects négatifs, c’est un identifiant d’une religion ou d’une secte. A gauche, c’est fort probablement les fascistes rouges qui sont derrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
les aspects positifs à la pornographie ? Il y en a certainement. Mais.Il faudrait tout peser, y compris l'effet du porno sur les magazines, la musique mainstream pour jeunes et les autres genres cinématographiques.  Si les pervers dominent la porno, c'est effectivement parce que la pornographie comme genre est à part puisque la visée est en gros de présenter des personnages débarrassés de toutes les émotions humaines, en dehors de l'excitation sexuelle.  Une ou des scènes de baise dans un film dont les  personnages sont développés n'est pas pornographique.  
Répondre
M
<br /> bien d'accord<br /> <br /> <br />