Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Bilan du MP1PM

5 Février 2007 , Rédigé par maurice Publié dans #Poil à gratter

 

Bilan du MP1PM (Mouvement Pour 1 Parti Matriarcal)

 

 

 

Avant le MP1PM

 

 

 

Mes 1ers textes sur l’épilation date de la fin des années 80. Certains ont été repris par le MP1PM comme celui sur les « mimiles ».

 

 

 

Le début des années 90 sera surtout consacré à des travaux photos. Mon objectif de cet époque était de réalisé un album photo ayant pour sujet « les femmes non-épilées sous les bras ».

 

 

 

A cette époque, je n’ai guère eu de mal à trouver des modèles. L’épilation n’était pas encore très répandue, même chez les jeunes (50 %). Certaines étaient des copines. D’autres contactées par petites annonces ou (déjà) tractages. Les filles disaient très facilement oui pour faire des photos (et pas seulement des photos car beaucoup deviendront aussi des copines par ce biais), c’était avant 1994, avant que la répression sexuelle ne s’abatte sur le pays. Aujourd’hui, faire un tel travail serait énormément plus difficile, non seulement parce qu’il n’y a pratiquement plus de jeunes filles non épilées, mais aussi parce que faire des photos est devenu quasi-impensable. Des histoires récentes de filles filmées sur portable et découvrant ensuite leurs photos circulant sur le Net en ont refroidi plus d’une. A l’époque Internet et les portables n’existait pas, mais surtout la répression sexuelle est passée par là.

 

 

 

Avec les filles, il n’y a jamais eu de problèmes. N’ayant que peu d’argent disponible et la photo coûtant cher à cette époque où le numérique n’existait pas, le contrat stipulait que je leur reverserais la moitié des bénéfices à partager entre elles si je parvenais à faire éditer l’album.

 

 

 

1er obstacle : la répression sexuelle

 

 

 

 

         Les 1ers obstacles sont apparus avec les annonceurs. Impossible de faire passer une annonce du type : « photographe recherche modèles féminins non-épilées sous les bras ». J’ai les preuves car j’ai conservé les réponses de ces annonceurs. Dans les « gratuits » comme dans de fort connus magazines photos, la réponse était, bien que fort ambiguë, du style « on ne fait pas dans le porno ».Cela est d’autant plus risible que la totalité des annonces de recherches de modèles ont pour objet de faire du nu dit « artistique ». Hors, je n’ai jamais fait de nu ! Tous mes modèles sont habillés, mais de manière à ce que l’on voit les aisselles. Bien des annonces de nus de ces magazines sont en fait des annonces pour du porno déguisées. Eh oui ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, une fille avec du poil sous les bras, même habillée ; pour ces gens là, ces soi-disant professionnels, ces donneurs de leçons sur la photo d’« art » ; c’est plus porno que du porno.

 

C’est là que j’ai commencé à comprendre que cela n’allait pas être si facile et qu’il y avait un problème, pour ne pas dire un véritable tabou sur la pilosité axillaire féminine. C’est à ce moment aussi que je me mis à orienter mes réflexions et mes textes vers cet aspect socio-psychologique de la question et à commencer des recherches.

 

 

 

Le 2ème obstacle est venu des éditeurs. On peut dire que je les ai tous fait. Tous les français et quelques étrangers. Pour la moitié c’est la lettre de réponse type que j’ai reçu… c'est-à-dire non.

 

 

 

J’ai eu des réponses drôles, d’un éditeur suisse par exemple, qui manifestement pour se foutre de moi, me disait que ce n’était pas possible car il était actuellement sur un travail sur les poils de nez chez les Dayaks de Bornéo (sic, j’ai gardé la lettre aussi).

 

 

 

En fait, la seule réponse positive que j’ai reçu est venue d’un des rares éditeurs allemands contacté. Problème, cet éditeur bien connu, ne voulait que du nu. Et pour moi c’était hors de question ! En effet, lorsqu’une fille est nue, on fait moins attention à la pilosité axillaire du fait de la visibilité de la pilosité pubienne. C’est justement lorsqu’elle est habillée et que cette pilosité est visible qu’on la remarque le mieux et que la force du tabou prend toute son ampleur. Et c’était aussi le sens du texte qui accompagnait les photos. Ceci dit, certaines de mes modèles étant d’accord, on pouvait bien lui faire quelques concessions. Mais il resta sur ces positions « total-nudistes » et il n’y eu pas d’autres suites.

 

 

 

Rétrospectivement, lorsque je découvris les photos de Madonna alors qu’elle n’était encore que Veronica Louise Ciccone, totalement nue avec des aisselles non-épilées (et sacrément fournies), parfaitement (et manifestement intentionnellement) mise en valeur ; je me dis que j’aurais peut-être du céder.

 

 

 

Tous ces échecs et le fait que je me suis mis en ménage (avec une de mes modèles), m’a amener au milieu des années 90 à mettre ce projet entre parenthèses.

 

 

 

Mais l’idée était toujours là a me tarauder. Ce couple fut un échec, d’autant qu’elle ne cru jamais en la viabilité de ce projet (elle a même refuser que ses photos soit mise en ligne à l’époque du MP1PM).

 

 

 

Redevenu libre de mon temps, je me remis à cogiter sur une nouvelle manière d’aborder la question. Les 3 courtes années de parenthèses furent pourtant de grande importance. C’est au cours de ces années du milieu 90 que la Révolution sexuelle s’est achevée et que nous sommes passé en période sexuelle-répressive. Désormais impossible de trouver des modèles. Soit  parce que les non-épilées se sont faites rares, soit plutôt parce c’est devenu « louche » de poser. L’annonce publiée sur le site MIEL-MP1PM, lue par 10.000 personnes par mois pendant 3 ans n’a suscité que 2 réponses. Et encore, il s’agit de photos que nous avons reçue et pas de modèles que nous avons photographiés.

 

 

 

 

 

Lamentable ! A croire que les femmes de ce pays sont toutes devenues frigides. C’est à cette époque qu’apparaît le voile dans la rue. En boîte, fini l’époque où on y allait tous les soirs pour se retrouver avec une fille différente chaque nuit dans son lit (ou le sien). Ne parlons même pas des partouzes. Les slows, déjà réduits à un seul dans la soirée au début de la décennie 90, ont disparu purement et simplement. Dans les soirées privées, les filles disent que c’est ringard. Pire, elles ne sont plus que rarement gratuites, la plupart doivent se négocier. Le Monde avait complètement changé au cours de ces quelques années.

 

 

 

 

 

C’est à cause de cela que le « projet » évolua d’un projet individuel vers un projet collectif, revendicatif et associatif. D’un truc pamphlétaire vers le lobbying. C’est ainsi qu’apparu l’AOESB (Association d’Opposition à l’Epilation Sous les Bras). L’activité se borna à des tractages dans les brocantes afin de trouver des filles qui ne s’épilent pas et des hommes qui préfèrent avec. Echec total malgré l’apparition de la maladie de la vache folle, l’ESB (Encéphalite Spongiforme Bovine) qui aurait du me faire une certaine publicité. Mon ex avait-elle raison ?

 

 

 

Je persistais en faisant évoluer mon discours en transformant l’AOESB en CRAN (Collectif Révolutionnaire Athéisme et Naturisme). La Révolution contre le capitalisme qui fabrique des produits d’épilation et les imposent par la pub, l’athéisme contre le voile et le naturisme pour les poils ! (Le sigle, non déposé, a aujourd’hui été repris par le Conseil Représentatif des Associations Noires). La politisation du discours pro-poils était en marche.

 

 

 

L’action la plus remarquable du CRAN fut un tractage à la fête de l’Huma 2002 qui me valu un 1er interview dans ce journal (et le dernier quand ils découvrir qu’on était pas communistes, mais plutôt anarchistes).

 

 

 

C’est aussi à cette époque que je commençais à m’intéresser à ce qui se passait sur la toile et que je découvris l’existence d’H2S (Hair To Stay, littéralement « les poils qui restent » où « ne s’épile pas ») créé par Pamela Winter à Seattle en 1996. Bonne nouvelle ! D’autres, aux USA en l’occurrence, ont eu la même idée que moi (mais après moi). Malheureusement, ce Site, et les nombreuses extensions qu’elle a créer par la suite, plus la concurrence qui ne tarda pas à se manifester sur ce créneau, ont toutes là-bas un caractère X plus ou moins marqué.

 

 

 

On ne va cependant pas se plaindre de l’apparition d’un rayon poil dans les sex-shops, car cela prouve l’existence d’un marché, mais par la même d’un fantasme, d’un fétichisme, formes déviées issues de l’existence d’un tabou et de la nécessité d’un discours à créer, d’une réflexion à engager, d’une étude à développer, d’une enquête psycho-sociologique à mener, d’un historicisme à prendre en compte (origine du tabou, influences religieuses, etc… antérieures à l’apparition du marché et dont le marché ne fera que récupérer les conséquences). Et c’est bien le problème que l’on a vu plus haut avec les réactions des annonceurs. Et c’est bien là aussi que ce trouve la vocation d’un discours comme celui qui va être développé avec le MIEL. Sortir le poil du X, du carcan où on veut l’enfermer, renforcé en cela par ceux qui en font un marché X, et en faire un sujet de société. En faire un instrument de combat et de débat, non seulement psycho-sociologique, mais aussi politique.  

 

 

 

Le rajout d’un discours féministe suite à de nombreux contacts (mais jamais d’adhésions) transforma le CRAN en AT&NAT (en abrégé Athéna, la déesse grecque androgyne, mais aussi déesse de la pensée et de la rationalité, mère de la démocratie et de la cité qui l’a vu naître) et c’est sous cette nouvelle forme que je tractais au FSE (Forum Social Européen) de 2003 à St Denis. C’est la que se fit la rencontre avec les reichiens du MIEL.

 

 

 

Ancien hippie, je connaissais la pensée de Reich, père fondateur de la Révolution Sexuelle. Il n’y a pas à 1ère vue un rapport évident entre la « religion du poil » et la pensée de Wilhelm Reich. Par contre, il n’y pas d’incompatibilité non plus.

 

 

 

Le 1er travail a été d’actualiser le travail de Reich (mort en 1957 victime du maccarthisme) au monde moderne, de réhabilité la Révolution Sexuelle dont il est le fondateur, les idées de Mai 68 dont il fut l’une des icônes, pourfendre la gauche-caviar qui aujourd’hui les ridiculisent, les communistes qui ne sont de toutes manières jamais vraiment rentrer dedans. Aujourd’hui, alors que depuis 1994 nous sommes à nouveau retombé en période sexuelle-répressive, ses idées sont plus que jamais à nouveau d’actualité notamment pour ce qui est du féminisme.

 

 

 

Le 2ème travail a été de faire un travail historique pour rechercher dans les origines de l’Humanité, pourquoi la sexuelle-répression a toujours fini par s’imposer. Ce travail s’est fait concomitamment avec la recherche des origines de l’épilation et la surprise a été de constater quelles sont les mêmes pour l’épilation, la sexuelle-répression, le patriarcat et les religions thanateuniques (culte de la mort). Ceci a déboucher sur le travail le plus intéressant du MP1PM : la découverte que l’age d’or de l’Humanité fut le Néolithique et dans une moindre mesure le Moyen-Age, et ce en opposition avec les thèses du matérialisme historique, fondement de base du communisme (la propriété privée n’apparaît que lors de l’Antiquité). C’est la découverte des sociétés matriarcales néolithiques et de celles qui survivront assez loin dans l’Antiquité (Troie, Crête minoenne, Hittites, Etrusques) qui nous amènerons à choisir le nom de MP1PM. Nous avons bien l’intention de continuer ce travail dans de futures pages.

 

 

 

Le 3ème travail a été de découvrir dans le cadre de ces recherches que la sexuelle-répression, le patriarcat et les religions monothéistes héritières du thanateunisme entraînent la surnatalité et la surpopulation. L’étude des statistiques depuis les débuts de la révolution industrielle fait clairement apparaître que la surpopulation est la principale cause aussi bien directe (urbanisation croissante, culture et pêche industrielle, réduction du domaine forestier et sauvage, pollution) qu’indirecte (augmentation du nombre des consommateurs, des travailleurs et par voie de conséquence de la production) des problèmes écologiques de plus en plus graves qui sont ceux de notre planète.

 

 

 

C’est ainsi que nous avons créée l’idéologie de la Décroissance Economique par la Décroissance Démographique, elle-même pouvant être obtenue par la Révolution Sexuelle (faites l’Amour et moins de gosses). En effet, la natalité a bien baissé dans les pays qui ont connu la Révolution Sexuelle et apparaît comme une solution beaucoup plus soft et agréable que les méthodes dirigistes et autoritaires du gouvernement chinois. En outre, ces méthodes provoquent une élimination des filles (avortement, infanticide) qui déséquilibrent la pyramide des ages avec des conséquences que l’on mesure encore mal aujourd’hui mais qui risquent d’être dramatiques dans quelques années. Depuis 1994 et la fin de la Révolution Sexuelle (après sa récupération consumériste dans les années 80), la natalité est à nouveau en hausse ce qui créera de nouveaux travailleurs et chômeurs, de nouveaux consommateurs, une production croissante et polluante etc…, Développement Durable ou pas. Se rajoute en plus la logique du capitalisme qui tout en produisant toujours plus, fabrique toujours plus de pauvres qui n’ont pas suffisamment accès aux « bienfaits » de la consommation. C’est une contradiction majeure du Système, car si l’on donnait aux pauvres d’aujourd’hui cette possibilité, la production de CO2 serait multipliée par 10 (au moins) et on continue à faire des familles de 10-12 gosses dans le Tiers-Monde sans compter la remontée de la natalité (et donc du chômage et des émeutes qui en sont la conséquence) dans les pays riches. Riche, c’est d’ailleurs vite dit puisque même les classes moyennes n’arrivent pas à se loger décemment dans un pays frappé par l’inflation immobilière due, encore une fois, à un début de surpopulation. Créer des logements nouveaux ne pourra se faire qu’au détriment du domaine rural et à renforcer l’effet de serre. Ainsi tout est lié comme on le voit et c’est un cercle vicieux qui est enclenché dont on ne voit pas comment les dirigeants du monde, de notre pays, de presque tous les partis peuvent nous sortir puisque qu’aucuns n’ont pris la vraie mesure du vrai problème : la surpopulation qui n’apparaît dans aucuns de leurs textes, même en filigrane.

 

 

 

Et c’est ce gros travail qui motive notre transformation en mouvement politique : la nouvelle SEXPOL et notre entrée dans le débat sur le « Développement Durable ».

 

 

 

Les échecs :

 

 

 

Bien sur il y en a eu du fait que nous sommes des novices en politique. Le plus dur fut de constater qu’il existe bel et bien une « classe politique » en France, une « cour des grands » qui n’accepte pas les nouveaux venus. Il faut littéralement forcer la porte d’entrée. Quasi aucunes réponses aux courriers et e-mail envoyés aux autres formations politiques (l’une des rares réponses est venue du FN sous la forme d’un ultimatum nous demandant de nous positionner sur des thèmes de la préférence nationale. Notre réponse fut que nous avions des thèmes de campagne déjà assez nombreux et que nous n’avions pas vocation à émettre un avis sur tout ; réponse polie qui mis fin à tout contact).

 

 

 

Le pire fut l’élue communiste locale (PCF) que nous avions contacté pour participer à la campagne poil. Réponse : insultes et menaces à peine voilées. Il en fut de même avec une élue CGT (et membre du PC) de mon entreprise, considérant ce discours « insultant pour les femmes » … alors qu’elle est elle-même non épilée. La seule explication possible est « des ordres venus d’en haut ».

 

 

 

Nos contacts avec LO (Lutte Ouvrière) seront aussi un échec. Approchés aussi bien sur le discours « poil » (les filles de LO ne s’épilent pas) que sur la laïcité (LO est le seul des « grands » partis hostile au voile), le côté sectaire de LO qui ne se mélange avec personne mis fin à ces contacts.

 

 

 

Nous n’avons pas été invité lors des réunions du Front Anti-Libéral à la Plaine St-Denis, probablement parce que nous aurions voté contre Marie-George Buffet. Quand on pense qu’elle n’a eu qu’une faible majorité avec des associations, soit crées par le PC, soit phagocyté par lui ; qu’est-ce que cela aurait été si toutes les associations anti-libérales avaient été présentes. Marie-George n’a aucune légitimité à représenter ce Front aux présidentielles.

 

 

 

Echecs aussi dans nos contacts avec les nudistes, ces faux naturistes dont le principal but (pour ne pas dire le seul) est de faire du fric.

 

 

 

Aucunes réactions, et cela est des plus étonnant, chez les gens dont nous sommes les plus proches ; les anarchistes.

 

 

 

Ce snobisme de la cour des « cour des grands », même des petits partis comme celui de Chevènement qui nous envoya une réponse hautaine et méprisante n’est pas pour rien dans le « tous pourris » que ressent la population pour ces gens là. Nous en subissons nous-même les conséquences en tant que « politique » avec un nombre d ‘adhésions assez faible vu la méfiance que les « politiciens » engendrent. Se rajoute aussi le phénomène bien connu en socio-psychologie des « rallié de la 11ème heure » qui fait qu’il faut déjà avoir percé pour voir les candidats adhérents se bousculer par opportunisme, carriérisme, etc…

 

 

 

Il y a aussi le choix du nom du mouvement (matriarcat) où les rares courriers sur ce thème n’émanaient exclusivement que d’hommes… surprenant !

 

 

 

Il y a eu la tentative ratée du MIEL de proposer notre discours « poil » aux casseurs de pub. Mais au MP1PM, on se doutait bien que ces bourgeois communisant aux filles épilées sous les bras nous enverraient paître du fait de leurs propres contradictions.

 

 

 

Contradictions doubles d’ailleurs :

 

 

 

1.      Comment peut-on combattre la pub lorsque l’on obéit à ses messages ?

 

 

 

2.      La décroissance économique qu’ils prônent par ailleurs sans lui lier l’obligée décroissance démographique qui va avec ?

 

 

 

 

 Les succès :

 

 

 

 

Car il en eu heureusement, et non des moindre. Lorsque le MIEL s’est créé pour le FSE de 2003 à St Denis, le site Internet créé lui aussi pour la circonstance a vu ses statistiques de visites monter à 1750/mois. Puis le chiffre est tombé ensuite à 700 dans les mois suivants. Au moment de la fusion, il n’était plus que de 400 et le MIEL aurait probablement mis la clef sous la porte sans notre rencontre.

        Au début, le MIEL n’était pas très convaincu par le discours « poil ». En moins d’un an, les stats atteignirent le chiffre de 10.000 visites par mois dont 90 % pour les pages « poils », ce qui n’étonna personne au MP1PM ; on s’en doutait. C’est là, au vu de ces stats, que le MIEL se converti à la « religion du poil » début juin 2005 et lança avec nous dans la précipitation le 1er été sans épilation fin juin 2005. Il sera suivi d’un 2ème en été 2006. Lancé là-aussi trop tard, fin juin, il sera interrompu à cause de l’été pourri d’août 2006.

 

 

 

 

 

Malgré cela, c’est malgré tout un succès comme l’illustre les nombreux articles (à l’actif du MIEL) de la presse française (même Le Monde) et étrangère (La Tribune de Genève). En 2007, le cirque électoral risque fort de nous boucher à nouveau toutes visibilités. Heureusement que le Développement Durable va nous permettre d’y mettre notre grain de sel.

 

 

 

La « conversion » du MIEL est d’autant plus complète que son président, étudiant, passe actuellement son masters en psycho-sociologie et a choisi comme sujet de thèse… l’épilation. Nous lui adressons nos sincères félicitations et lui souhaitons de l’obtenir. Lorsque cela sera, cette thèse constituera le plus gros travail au monde jamais réalisé à ce jour, scientifiquement exprimé, sur ce sujet.

 

 

 

Parmi les autres succès, notre participation au Référendum pour le NON à la Constitution Européenne. Une indiscutable victoire dont nous pouvons réclamer notre part et notre appartenance au Front Anti-Libéral.

 

 

 

 

 

 1 des affiches de cette campagne

 

 

 

 

 

         Le retrait du projet de Loi Roubaud (UMP) qui aurait interdit au nom du respect des religions aux athées le droit de s’exprimer.

 

Les attaques dont nous sommes indirectement l’objet (sans nous nommer) dans la presse de la décroissance neo-communiste qui constitue une forme de reconnaissance de notre existence et de la gène pour eux que représente notre discours sur la décroissance démographique.

 

 

 

Des dénonciations (et oui !) à la Police par des idiots qui ont pris le discours d’une de nos affiches de campagne pro-poils (« Si vous les préférez sans poils, prenez les avant 12 ans ») au 1er degré. C’était évidemment du second degré. On peut donc considérer aussi comme un succès d’être maintenant dans les fiches des RG… comme les « grands ».

 

 

 

Mais les plus étonnants de nos succès a été de voir certaines parties de notre discours repris par d’autres :

 

 

 

 

 

1.      Laetitia Casta reprenant notre discours pro-poils dans le film Le Grand Appartement de Pascal Thomas, quelqu’un qui manifestement partage notre goût pour les femmes « natures » et a aussi manifestement été visiter nos sites étant donné le discours quasi copier-coller de Laetitia. Elle y rajoute une touche toute personnelle et féminine qui nous fait très plaisir.

 

 

 

 

 

2.      De Villiers nous vole notre proposition d’interdire le voile dans la rue. Mais chez lui, c’est une contradiction. Nous nous inscrivons dans une logique laïciste alors que son mouvement est d’origine chouanne, donc royaliste et catholique intégriste traditionnellement hostile à la loi de 1905 et à la République. Il s’agit chez lui d’une lutte de la religion catholique (dans sa version intégriste) contre la concurrence musulmane, alors que pour nous, il s’agit d’amener l’Islam à s’intégrer dans la République laïque (on y reviendra dans une future page sur la laïcité).

 

 

 

 

 

3.      Et Jean-Marie Le Pen lui-même qui, du bout des lèvres d’abord, évoque maintenant de moins en moins timidement la surpopulation mondiale. Etonnant pour un eugéniste, hostile à l’avortement.

 

 

 

 

 

C’est un peu décevant pour un mouvement qui se situe à l’extrême gauche, entre trotskystes et anarchistes, dans cette immense espace si bien rempli en 68 dont les communistes ont fait un désert, de voir l’extrême-droite reprendre certaines de nos idées (dans une orientation totalement différente), alors que l’extrême-gauche (communistes et anarchistes) nous snobe. M’enfin ! Il est vrai que ces 2 doctrines reposent sur des dogmes et dont l’une d’elle est criminogène et erronée par nature (devinez laquelle ?). Elles en sont prisonnières et difficilement capable d’évoluer (même l’Anarchie qui pourtant possède en elle un certain potentiel en la matière) ; alors que nous justement, avons été capable de créer une idéologie (bien qu’on n’aime pas le mot) qui manifestement est amené à supplanté la leur et possède en elle cette capacité d’évolution, d’adaptation et de Révolution.

 

 

 

 

 

Conclusion

 

 

 

 

 

Tout cela est loin d’être nul et constitue une bonne base de départ pour notre nouveau mouvement PàG. Cela a permis la constitution d’un solide programme en 10 points capable de faire pendant à celui de Nicolas Hulot. Il ne reste plus maintenant, avec votre aide, vos adhésions, qu’à concrétiser en France et aussi dans le reste du Monde où nous avons pour projet de voir s’y créer des mouvances sœurs, notamment dans la Communauté Européenne et associés mais aussi USA, Canada, Japon, Russie et états associés, Caucase, Chine, Australie, Nelle Zélande, Afrique du Sud et du Nord, Brésil, Amérique hispanique, Antilles, Philippines, Israël, mondes arabe, turc, persan, malgache et malais, Inde, Pakistan, Indonésie, Indochine, Afrique noire, et jusqu‘en Sibérie, Mongolie, Patagonie, Océanie et paléarctique. (j’ai oublié personne ?)

 

 

 

 

 

Bien entendu, la collaboration et les campagnes communes avec le MIEL (poils & Révolution Sexuelle) se poursuivent. On ne change pas une équipe qui gagne.

 

 

 

 

 

Les archives du MP1PM sont consultables sur : http://mp1pm.ouvaton.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article