Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Cambodge

23 Février 2009 , Rédigé par momo Publié dans #Politique

Cambodge (ex-Kampuchéa Démocratique) :

 

Ouverture du 1er procès d’un Khmer rouge à Phnom Penh.

 

Malheureusement, la seule chose qui ne sera pas l’objet d’un procès pour crime contre l’Humanité…. sera le communisme.

Soyons clair, Douch, ou n’importe qui d’autre, n’est qu’un bouc-émissaire, un exécutant pas plus coupable ni moins qu’un autre chef de goulag.

Le vrai coupable est le caractère criminogène de l’idéologie. Les vrais coupables sont ceux qui laissent s’exprimer les apologies du communisme de gens comme Besancenot, Buffet, Laguiller et même des Verts et des socialistes.

On ne tolèrerait pas la reformation d’un parti nazi ; alors comment peut-on tolérer l’existence de partis communistes ?

 

Oui, le procès de Phnom Penh, à peine commencé, est couru d’avance avec une peine de perpétuité pour le bouc-émissaire survivant. Un personnage qui servira à masquer le vrai coupable, l’idéologie communiste, sans laquelle des Douch n’auraient jamais existé.

 

Car, et il est facile de le démontrer, le communisme possède en lui un caractère criminogène : Marx établissait comme postulat que la lutte des classes a toujours existée dans l’Histoire. C’est le dogme de base du matérialisme historique ! Problème : comment s’appliquait la lutte des classes avant la Révolution Industrielle, avant l’apparition de la classe ouvrière et de la bourgeoisie ?

Réponse d’Engels (Marx étant mort entre-temps) : C’est l’opposition ville-campagne qui s’y substitue. Les bourgeois sont les citadins et les prolos sont les bouseux.

Khieu Sampan, l’idéologue des Khmers Rouges, avait dans les années 60 fait ses études en France, fait une thèse sur le sujet très bien notée par ses professeurs français (et communistes, les mêmes qui sont actuellement en grève) d’Université… et retourné au Cambodge mis en application, à la lettre, à la virgule près, sa thèse.

 

Car c’est bien là le problème. Contrairement à ce qu’affirment les menteurs professionnels de l’extrême-gauche (et formés pour ça), les crimes et génocides commis ne sont pas des « erreurs  de lecture ou d’interprétations » ou « des déviations » ; c’est tout le contraire : c’est une application à la lettre, à la virgule près du texte de Marx.

 

Si l’on rajoute à cela que les juges et dirigeants de l’actuel Cambodge… sont communistes, que les camps ont été libérés… par les communistes vietnamiens et que les « rumeurs » de génocide ont été niés à l’époque par les communistes d’Amnesty International comme étant de la propagande… communiste.

 

Si l’on rajoute encore, que le communisme n’étant pas mis en cause en tant que tel puisque ce sont des individus qui ont mal lu Marx (individus natifs du Tiers-Monde dont on laisse entendre ainsi qu’ils ne sauraient pas lire ; argumentation aux relents racistes typique des communistes prompt à dénoncer celui de l’extrême-droite… pour mieux cacher le leur là encore), ce dernier va pouvoir continuer à survivre et servir à canaliser le mécontentement des masses exploitées par le capitalisme. Canalisation de ce mécontentement dans le plus grand intérêt de la bourgeoisie... puisque les dirigeants communistes sont TOUS des bourgeois.

Dès l’origine, ce fut le cas lorsque Marx se garda bien d’intervenir au profit de la Commune de Paris, attendant en se félicitant de l’extermination des vrais socialistes : les socialistes nationaux, les anarchistes et les fouriéristes (les ancêtres de la SEXPOL), pour pouvoir ensuite prendre la place et se partager le pouvoir avec le capitalisme dont le marxisme est une variante. 

Rien donc, de nouveau sous le soleil, sauf qu’il y a toujours des cons qui n’ont rien compris… comme ceux qui prennent actuellement leur carte au NPA.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article