Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

La théorie du 'Big-Bang' : arnaque créationniste ?

5 Janvier 2009 , Rédigé par momo Publié dans #Rubrique

La théorie du 'Big-Bang' : arnaque créationniste ?

D'abord, essayons de la résumer. Tout commence en 1930 lorsque Edwin Hubble découvre le "redshift". C'est le décalage spectral vers le rouge de tous les objets qui se trouvent à l'extérieur de notre galaxie, la Voie Lactée.
C'est d'ailleurs ce redshift qui permis à Hubble de comprendre que ces objets étaient justement extérieurs et c'est lui qui les nomma galaxies (du grec galac : lait.)
Le redshift est l'équivalent pour la lumière de ce qu'est l'effet Doppler pour le son. Lorsqu'un bolide se rapproche, le son est plus aigu, lorsqu'il s'éloigne, il est plus grave. Hubble en conclut que les galaxies s'éloignaient de nous. Si elles se rapprochaient, il y aurait eu blueshift. (pour être plus précis, les longueurs d'ondes des raies spectrales s'allongent, donc vers le rouge, avec la distance) L'explication qu'il trouva fut celle d'un Univers en expansion (dans la théorie relativiste un allongement de la longueur d'onde s'explique aussi comme venant d'un objet, donc dans le passé, où l'univers était plus petit) avec par conséquent un point de départ, (non localisé) et un moment de départ daté d’il y a 15 milliards d'années. C'est d'ailleurs l'un des détracteurs de cette théorie, Sir Fred Hoyle qui pour la ridiculiser, trouva le mot de Big-Bang pour nommer ce moment.
Depuis de nombreuses décennies, sans remonter à Galilée, l'Église et la Science sont en conflit. Avec Darwin et sa théorie de l'évolution, remettant en cause la Création, le conflit est devenu une véritable guerre froide à partir de 1850... lorsque soudain, apparu en 1930 la thèse du Big-Bang.
Du pain bénit, si l'on peut dire. Les Témoins de Jéhovah ont fait leur cette théorie, de même que l'agnostique Hubert Reeves. Remarquable vulgarisateur par ailleurs, cet excellent astrophysicien, depuis son adhésion à la franc-maçonnerie, s'est ingénié à bricoler une théorie "de la complexité croissante de l'Univers" dont l'aboutissement est... l'être humain. Extraordinaire retour de la théorie anthropique (le but de l'Univers [ou de Dieu] est l'Homme) qui était celles de la Sainte Inquisition, de la quasi-totalité des religions et sectes ; bref, de toute cette partie de l'humanité pratiquante... de l'auto-fellation et qui n'a pas mal aux chevilles en appelant l'espèce hominidé de Cro-Magnon :  Homo-Sapiens-Sapiens. Hors rien ne dit que l'Homme est ce qu'il y a de plus complexe dans l'Univers.
On est en droit d'être surpris, et si E.T. existe, faudra pas s'étonner s'il nous déclare la guerre. Les crimes commis par nous depuis Christophe Colomb ne nous ont donc rien appris ?

On ne peut en une page résumer une thèse qui en exige au moins 40. Laissons nos étudiants relever le défi en université s'ils le souhaitent si l'anticonformisme ne leur fait pas peur.
Rappelons seulement qu'en science, la démocratie ne s'applique pas. Les majorités ont toujours eu tord. A l'époque de Copernic, 99,9% des scientifiques étaient convaincus que la Terre était au centre.
Et si la majorité des scientifiques, qui croient au Big-Bang avait tord ?
Car il y a une autre explication au redshift que l'éloignement et l'expansion. Quelle est-elle ?
Un redshift, vous pouvez en voir un tous les soirs lorsque le soleil se couche. Il rougit. Hors le soleil est toujours à la même distance de nous. Simplement, ce redshift est dû au fait que, vu sur l'horizon, la lumière solaire ralentie en traversant une plus grande quantité d'atmosphère. (et subit une diffraction pour ces mêmes raisons, ce qui fait que l'on voit le soleil plus gros qu'au zénith. Et il ne se rapproche pas non plus.)
Et bien nous pouvons émettre une hypothèse similaire pour les galaxies. Et c'est justement parce qu’elles sont plus éloignées que la lumière qu'elles nous envoient traverse plus d'espace et l'espace n'étant pas complètement vide, plus elles sont loin, plus le redshift est important.
Nous n'avons donc pas de vitesse de fuite, donc pas d'expansion, donc pas de Big-Bang. ; mais un Univers plus stable, plus vieux de beaucoup plus que la théorie du Big-Bang ne l'admet et surtout plus simple et tout simplement plus compréhensible.

En effet la théorie du Big-Bang ne fonctionne pas. Son fonctionnement se heurte à la question de la "masse manquante". En gros, la masse calculée de l'Univers ne correspond pas à la masse observée. Cette dernière n'en représente que 1 %.
Les pro Big-Bang en sont réduit à expliquer la différence de 99 % (excusez du peu) avec des particules exotiques (non encore identifiées, bien sur) et des artefacts mathématiques dont nous doutons, et pour cause, que tout cela ne soit découvert et vérifié avant longtemps.

Hors la théorie anti Big-Bang explique fort bien cette masse manquante comme étant la matière intergalactique qui freine la lumière et provoque le redshift. Les pro Big-Bang nous rétorquent que cette matière intergalactique ne représenterait que 10 % de la masse manquante (une infime partie d'entre elle a effectivement été photographiée par les satellites infrarouges IRAS et ISO autour des galaxies. Cela abonde en fait dans notre sens car seul cette infime partie, chauffée par les galaxies à pu être visualisées). Hors si nous acceptons notre théorie d'une vitesse de la lumière ralentie, la distance des galaxies par rapport à nous est donc bien plus grande que celle calculée par la théorie du Big-Bang et par voie de conséquence, l'Univers est beaucoup plus grand et la quantité de matière sombre aussi.
Le caractère exponentiel de Z (Le redshift en langage mathématique) nous donne, du reste, un Univers plus grand d'un facteur 100 environ, ce qui rend compte de la totalité de la masse manquante.

Conséquence fortuite de cette hypothèse, la fameuse équation d'Albert Einstein, E=MC2 ou C est la vitesse de la lumière (300.000 km/s dans le vide) prise comme une constante, est donc fausse, puisque c'est... une variable. Le temps, variable se contractant, dans la théorie d’Einstein, redevient une constante comme semble le montrer les prédictions non confirmées.

 
         La théorie de la Relativité générale serait donc, elle aussi à revoir. Un exemple : à la fin des années 50, à l'aube de l'homme dans l'espace, à été fait à partir des équations d'Einstein une curieuse prédiction : puisque quelqu'un voyageant dans l'Espace à une vitesse proche de celle de la lumière, lorsqu'il revient sur Terre, dans le futur et retrouve ses enfants devenus des vieillards, donc plus vieux que lui ; par conséquent, un vaisseau spatial en orbite atteignant 27 km/s, ce qui est une fraction non nulle de la vitesse de la lumière (on atteindra même 50 km/s lors des vols Terre-Lune), devrait voir ses pendules internes marquer un léger retard par rapport aux pendules terrestres. Hors il ne fut jamais rien observé de tel, ni une seconde de retard, ni même une milliseconde. Bien entendu silence radio total sur cette non-découverte, sur cette plus que gênante non vérification de la théorie du plus grand génie que l'Humanité ait produit. Étonnant non ?

Après tout, la Gravitation Universelle de Newton et la Relativité restreinte de ce même Einstein sont suffisantes pour rendre compte de l'univers observable. Le reste demeure de la science-fiction. Et cette dernière (appelée auparavant « anticipation ») est justement née des équations d’Einstein.

Arrêtons-nous là et venons-en au but : l'argent du contribuable affecté à la recherche astrophysique est exclusivement destiné à financer les recherches et travaux des pro Big-bang, et ce depuis des années et évidemment en pure perte.
A force d'argent et de torture des modèles mathématiques, ils arrivent à faire fonctionner une partie de leur Système, comme jadis Ptolémée avec ses déférents et ses épicycles (artefacts géométriques) dans le système solaire géocentrique.
Mais la principale raison est la volonté de faire coïncider la Bible avec la Science. Du temps de Darwin, la découverte des premiers fossiles d'os de dinosaures faisaient dire aux scientifiques officiels que Noé n'avait pas du construire une Arche assez grande pour loger ces bestioles et qu'il les avait oubliées, raison pour laquelle elles ont disparues du monde vivant. Que la majorité de la communauté scientifique internationale puisse encore raisonner en ces termes ne peut que nous inquiéter.
Bien sur, nous ne sommes que des astronomes-astrophysiciens amateurs, mais rappelons que Copernic était aussi astronome amateur : officiellement, il était astrologue professionnel. [poil aux aisselles]

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article