Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Des anarchistes coincés.

21 Avril 2008 , Rédigé par momo Publié dans #Politique

Des anarchistes coincés.

 

On se demandait pourquoi nos camarades anars ne répondaient jamais à nos courriels.

 

On vient indirectement d’avoir la réponse suite à l’édition de leur tract (il fallait bien qu’ils en fassent un, mais manifestement ça les a lourdement fait chier) 40ème anniversaire de mai 68.

 

 

 

 

Voici ce tract.

 

Critique de ce tract :

 

1.      Dès le 2ème §, tout est dit : la Révolution sexuelle de mai 68 aurait été machiste et le féminisme du MLF serait une réaction (intéressant de constater qu’en soutenant cette position, les anars « officiels » sont donc réactionnaires) face à ce machisme.

 

2.      3 lignes plus bas il est dit en substance que la revendication d’une libération sexuelle est liée à la libération des rapports d’oppression par le biais d’autres rapports sociaux entre les sexes.

 

Si on comprend bien cette formulation aussi alambiquée qu’ambiguë, l’hétérosexualité est un machisme qui oppresse la femme et, en conséquence, féministes et libertaires rejettent cette hétérosexualité et prônent toutes les formes de rapports sexuels qui ne soient pas hétéro.

 

C’est la négation pure et simple de la Révolution sexuelle reichienne de mai 68… dans un tract anniversaire de cette Révolution.

 

Pour tous ceux qui ont connus les communautés hippies et connaissent par cœur les paroles des chanteurs et chanteuses de l’époque Woodstock, c’est une trahison, un détournement pur et simple de la partie « Love » du « Peace & Love ». Un discours aux antipodes du rap violent, sexiste et machiste d’aujourd’hui.

 

Rien d’étonnant, les dogmatiques, qu’ils soient marxistes ou bakouniniens n’y entendent rien question musique. Pour eux, c’est du bruit ! Ils n’ont aucune sensualité.

 

Bien entendu, il est évident que nous ne sommes pas des tenants de la « normalité » de l’hétérosexualité, mais de là à presque dire que c’est une anormalité…

 

3.      3ème § : on continue dans le délire en prônant la masturbation alors que dans le 4ème § on stipendie la pornographie. Pour le moins contradictoire lorsque l’on sait que la pornographie et la masturbation (masculine) sont liées par définition.

 

Rappelons que Freud et Reich définissaient 3 phases sexuelles en fonction de l’âge :

a.       une sexualité anale, enfantine.

b.      Une sexualité masturbatoire, adolescente

c.       Une sexualité génitale, adulte.

 

Les anars seraient retombés en adolescence. A quand le retour à l’enfance et aux jeux scatologiques ?

 

4.      Plus grave dans ce 3ème § où les valeurs réactionnaires ne sont plus que l’apanage du seul catholicisme. Exit le protestantisme de Bush, exit l’islamisme de Ben Laden et des talibans et bien sur exit le judaïsme des colonialistes. Bref, de plus en plus le même discours que celui des communistes : à sens unique et totalement partial, dicté uniquement en fonction d’un anti-fascisme primaire et dépassé (puisque le fascisme à disparu en 1945).

 

Cela n’a rien d’étonnant, les anarchistes, communistes libertaires, sont prisonniers des mêmes dogmes passéistes que les communistes étatiques (sauf que c’est Bakounine au lieu de Marx). Incapable de s’adapter à un monde qui a profondément changé… depuis 68 justement.

 

Le dernier § est tout à fait révélateur puisque pour eux, la remise en cause des rapports d’exploitations économiques passent AVANT la Révolution sexuelle.

Une attitude « du tout (autrement dit totalitaire) économiste » qu’ils ont désormais en commun avec les communistes et qui font d’eux des membres de cette secte criminogène (c’est cette vision matérialiste et inhumaine qui explique leurs crimes et génocides. « L’homme est un matériau brut ; il doit être traité industriellement ». Dzerjinsky).

 

Ainsi les anarchistes « officiels » sont comme le PCF pour les communistes : des staliniens !

 

Ils sont même pires que les communistes, car ces derniers ne parlent tout simplement pas de Révolution sexuelle. Pour eux, c’est mort et enterré. Par contre, les anars « officiels », eux, donnent l’impression de s’en réclamer ; mais lorsque l’on lit attentivement leur tract, on s’aperçoit que c’est pour cracher dessus et notamment sur tout le travail de Wilhelm Reich.

 

On sait donc désormais pourquoi ils ne répondaient jamais à nos courriels.

On sait désormais aussi à quoi s’en tenir à leur égard. Le mouvement hippie est anarchisant par nature, mais il doit se prémunir de ces faux frères qui, comme les communistes, mais plus hypocritement encore qu’eux, ont trahis mai 68 et la Révolution sexuelle.

 

On sait donc désormais qu’il n’y a plus rien à attendre d’eux non plus, pas plus que des communistes.

 

Certains nous taxaient de paranoïaques à propos du complot communiste. Manifestement pas assez ! On est encore trop naïf et crédule. 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Analyse pertinente, comme a votre habitude. Qui sont aujourd'hui les anarchistes? 9 fois sur 10, de simples communistes qui se démarquent juste des staliniens par une hystérie antifasciste encore plus prononcée.Pourtant, et vous l'avez justement dit, le fascisme historique est mort en 1945. Il est vrai qu'en s'acharnant sur des cadavres, on ne risque pas grand-chose...Oubliées les journées de mai 1937 à Barcelone, quand les combats de rue opposaient les anarchistes aux rouges. Certains leaders doivent se retourner dans les fosses communes de la Tchéka en voyant des "anars" défiler aux côtés des communistes , et tout au milieu de la racaille encapuchonnée...Je partage votre pessimisme en ce qui concerne l'avenir du pays, et ce n'est pas du côté de la bannière rouge et noire qu'il faut se tourner...D'ailleurs, elle a viré au rouge complet depuis longtemps!
Répondre
M

On a mis du temps à comprendre qu'il n'y a vraiment rien à attendre d'eux à l'exception, peut-être, de qqs individus(ues)... encore faudrait-il qu'ils nous rejoignent. On est plus que surement
arriver à la fin d'un cycle,  d'une époque. Reste à savoir si on est au début d'une nouvelle époque, d'un nouveau cycle.  La réponse est entre les mains des lecteurs. Suivront-ils... ou
pas ?

A+