Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog poilagratter

Stalingrad

14 Avril 2008 , Rédigé par momo Publié dans #Histoire


Stalingrad : un film de guerre… à la morale SEXPOL

 

 

FR3 a diffusé le 25 mars pour la 1ère fois en clair à la télé l’excellent Stalingrad de Jean-Jacques Annaud. La plupart des critiques n’ont voulu y voir qu’un film au message anti-militariste basique de plus. En fait, Annaud, un vrai génie, va beaucoup plus loin.

Jean-Jacques Annaud s’est fait une réputation avec des films anti-conformistes presque sans dialogues comme l’Ours et la Guerre du Feu. Des films qui ont révélés des acteurs devenus ensuite des stars comme Tcheky Kario.

Stalingrad n’échappe pas à la règle en révélant Jude Law et Joseph Fiennes.

Stalingrad montre l’étendue de la patte d’Annaud dans un cinéma plus conventionnel.

Stalingrad passe aussi un intéressant message sur l’échec du communisme.

Tout en montrant autant les tares que les avantages de ce système à travers le personnage du commissaire politique incarné par Fiennes (belle objectivité !) ; il démontre, que même si le communisme avait été un succès en matière de société à classe unique, de suppression de la propriété individuelle, de suppression des causes de conflits entre êtres humains (ce qui fut loin d’être le cas); il ne pouvait, faute de SEXPOL, faute de n’avoir vu que le seul aspect matérialiste (tare qu’il partage avec le capitalisme), enlever le désir de s’approprier ce que l’autre possède, notamment la femme, le sexe, l’Amour.

D’ailleurs, lorsqu’avec le recul on regarde l’œuvre d’Annaud, on constate que ce message a toujours été présent dans ses films. L’Amour est toujours le dénominateur commun, le facteur déclenchant, le petit truc en plus qui amène tout le reste.

Car tel est bien la tare de la politique en général que de ne pas prendre en compte cet aspect essentiel et fondamental de l’Humanité et de la Nature que seuls les mouvements SEXPOL prennent en compte. Cette pensée SEXPOL inventée par Wilhelm Reich dont nous nous réclamons.

Les néo-darwinistes n’ont voulu retenir de Darwin que la concurrence, la sélection, la lutte du plus fort ou du plus apte que ce soit dans le capitalisme (qu’a fort bien analysé Marx), le nazisme (lutte des races) ou le communisme (lutte des classes).

Hors, Darwin avait dès les débuts, parfaitement perçu le rôle de la sexualité dans l’Evolution. Et si la sexualité entraîne effectivement une concurrence, une sélection ; elle entraîne aussi d’étonnantes associations, alliances, coopérations dont les mécanismes commencent tout juste à être un peu mieux connus en étudiant ce que la Nature nous montre et qui font que toutes les idéologies néo-darwinistes sus-mentionnées sont aujourd’hui fausses, parce qu’incomplètes et complètement à revoir.

Un immense travail, loin d’être terminé, dont la politique ne pourra en aucun cas faire l’économie de s’en inspirer pour une meilleure politique… ce que les mouvements SEXPOL sont les seuls à faire.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article